Icon Sport

Le toit de la discorde

Le toit de la discorde
Par Rugbyrama

Le 11/02/2010 à 11:57Mis à jour

Les Gallois, qui affrontent l’Ecosse samedi, souhaitaient que le toit du Millenium soit fermé pour la rencontre. Mais le sélectionneur du XV du Chardon, Andy Robinson, a refusé. Du coup, Warren Gatland l’accuse d’espérer que la pluie s’abatte sur Cardiff pour pratiquer un jeu restrictif. Ambiance...

Plus que la guerre des mots, c’est la guerre du toit… En effet, une vive polémique est en train d’opposer Warren Gatland, le sélectionneur du pays de Galles, et Andy Robinson, son homologue de l’Ecosse, au sujet du toit rétractable du Millenium Stadium, l’enceinte qui abritera le match entre les deux nations samedi pour le compte de la 2e journée du Tournoi des 6 Nations. Alors, fermé ou pas ce fameux toit ? Andy Robinson a répondu catégoriquement par la négative. Or, il faut l'accord des deux entraîneurs pour que le toit du Millenium soit fermé au cours de la rencontre. Du coup, le refus du technicien du XV du Chardon a eu le don d’agacer Warren Gatland : "On a besoin d'un peu d'équilibre mental, au moins pour pratiquer un rugby positif. Pourquoi jouer sous la pluie si ce n'est pas nécessaire?", a-t-il notamment lancé.

Et après la colère, place aux accusations du sélectionneur néo-zélandais du pays de Galles. Selon lui, cette décision de Robinson est la preuve formelle que samedi, l’Ecosse entend pratiquer un jeu restrictif, en "jouant beaucoup au pied et en balançant des chandelles" durant tout le match, pour contrer celui de mouvement de leurs adversaires. Et il va même jusqu’à illustrer de manière caricaturale ce que vont proposer les Ecossais, après notamment l’annonce de la titularisation de l’ouvreur Dan Parks, réputé pour la qualité de son jeu au pied : "Je pense que Dan Paks, en dix, va se charger de donner de longs coups de pied dans les angles du terrain, Chris Cusiter (demi de mêlée, NDLR) en donnera de petits dans la boîte et Sean Lamont (centre, NDLR) portera le ballon au centre du terrain". Avant d’évoquer un manque de respect : "Nous avons une responsabilité à l'égard du rugby, du public, des médias et des sponsors".

Cusiter : "Nous voulons juste une ambiance naturelle"

Les Ecossais se défendent de vouloir développer un jeu stéréotypé. Selon Chris Cusiter, la décision de Robinson n'est pas animée d'une volonté de "pourrir" la rencontre. "Quand on voit le style de jeu de l'Ecosse, cela n’a pas sens de souhaiter de la pluie. Nous voulons juste une ambiance naturelle", a expliqué le capitaine du XV du Chardon. "Je pense que c'est un avantage pour le pays de Galles que de jouer avec le toit fermé. Ils en ont l'habitude alors que nous ne sommes pas habitués à évoluer dans ces conditions", a ensuite ajouté Andy Robinson. Des justifications qui ne suffisent pas à calmer les ardeurs de Warren Gatland : "Vu qu'ils ont demandé que le toit soit ouvert, il n'y a pas besoin d'être un scientifique émérite pour deviner le match qui nous attend". En clair, selon lui, cette volonté de ne pas fermer le toit ressemble à un aveu d’infériorité écossais. Les joueurs de Robinson sont actuellement moins bien armés que leurs adversaires et s’ils veulent rivaliser avec le XV du Poireau, ils devront compter sur l’aide d’éléments extérieurs…

Andy Robinson souhaite clore le débat : "Les règles indiquent que si nous voulons que le toit soit ouvert, il peut l'être. Nous nous soumettons aux règles". Mais Warren Gatland accrédite sa thèse en revenant sur la partition livrée par les Anglais samedi dernier à Twickenham. Les hommes de Martin Johnson avaient battu les Gallois (30-17). "Les Anglais sont parvenus à nous battre comme ça la semaine passée. Jonny Wilkinson n’a passé que cinq fois le ballon. Ils ont essayé de le porter en début de match mais cela n’a pas fonctionné, alors ils sont revenus à la vieille recette des pick and go et des coups de pied dans la boîte. Notre centre James Hook a touché vingt-trois ballons alors que son vis-à-vis Matthew Tait n’en a touché que quatre". De là a prédire que les Ecossais utiliseront les mêmes ingrédients, il n’y a qu’un pas… Gatland l’a clairement franchi !

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés