Icon Sport

"Je suis un sentimental"

Bastareaud : "Je suis un sentimental"
Par Rugbyrama

Le 16/03/2010 à 16:43Mis à jour

Mathieu Bastareaud fera son retour dans le XV de départ tricolore pour le dernier match du Tournoi des 6 Nations, contre l'Angleterre samedi. A 21 ans, le Parisien rêve bien sûr de grand chelem mais, quelle que soit l'issue, il assure que cette édition 2010 restera dans sa mémoire.

Avez-vous eu peur de ne pas être titulaire pour ce match face à l'Angleterre ?

Mathieu BASTAREAUD: Forcément, la remise en question est permanente. David Marty a réalisé un match fantastique contre l'Italie et il était donc normal à ce qu'il postule à une place de titulaire.

Quels souvenirs gardez-vous de Twickenham lors du dernier Tournoi ?

M. B.: Nous avons pris quarante points, donc ça s'était très très mal passé. C'était une véritable claque, un coup d'arrêt dans notre progression et ce match a laissé des traces. Il faut maintenant s'en servir comme source de motivation pour ce samedi.

A quelle genre de confrontation vous attendez-vous ?

M. B.: Ça va se rentrer dedans, jouer à l'anglaise. Ça va piquer, faire mal. Depuis le début du Tournoi, nous savons que nous connaissons une baisse de tension en deuxième période mais face à l'Angleterre, nous allons devoir jouer à bloc pendant 80 minutes.

Comment vivez-vous l'attention autour de vous ?

M. B.: Je commence à m'y habituer même si ce n'est pas quelque chose que j'apprécie. Mais je commence à m'y faire et c'est moins un problème que par le passé. Je ne le prends plus comme un poids. Et puis, c'est peut-être grâce à mes prestations sur le terrain que j'ai droit à toute cette attention, même si ce n'est pas à moi d'en juger.

Avez-vous le sentiment d'avoir progressé, d'avoir franchi un nouveau cap pendant ce Tournoi ?

M. B.: Je ne sais pas. Le Tournoi n'est pas encore fini et je préfère dresser un bilan après le match contre l'Angleterre. En tout cas, il est certain que j'ai pris beaucoup de plaisir sur les quatre premiers matchs. Mon jeu ne s'est pas métamorphosé du jour au lendemain. C'est un travail que j'avais déjà entrepris dans mon club. Je joue de la même manière mais je lève plus la tête.

Pensez-vous avoir définitivement oublié l'incident de la dernière tournée d'été ?

M. B.: J'ai grandi dans le jeu, sur le plan physique et mentalement. Je me sens mieux et ça se voit sur le terrain. Il y aura toujours des personnes pour critiquer, pour parler, qui se croient drôles, mais ça ne pourra jamais être pire qu'il y a six mois. Les choses commencent à s'estomper. Je fais plus parler de moi pour mes performances sur le terrain.

Vous avez incrit deux essais contre l'Ecosse lors du premier match. Est-ce un élément déterminant dans vos bonnes prestations pendant ce Tournoi ?

M. B.: Sur le premier essai, je n'ai plus qu'à plonger et même ma grand-mère aurait pu marquer. Le deuxième vient d'une action un peu plus construite mais ce n'était pas le plus important. C'est bien sûr un plaisir de marquer mais quand tu réalises une bonne performance au premier match, tu es dix fois plus attendu au deuxième match et encore dix fois plus au troisième. Cela m'a permis de rester concentré.

N'étiez-vous pas plus attendu pour votre rentrée en Ecosse ?

M. B.: J'étais mille fois plus attendu ! Mais je me suis mis dans ma bulle. Je savais que la pression allait être forte mais elle fait partie de mon quotidien et j'ai maintenant appris à la gérer, grâce notamment aux séances avec ma psychologue. Mais je ne suis pas dit que j'étais de nouveau un joueur comme les autres. On ne peut pas effacer les choses mais elles sont aujourd'hui un peu plus derrière moi.

Ce Tournoi des 6 Nations 2010 s'inscrit comme un moment important de votre carrière...

M. B.: Après le match contre l'Angleterre, il va forc"ment y avoir de la nostalgie. Et ce quoi qu'il se passe ce samedi. Ça va être difficile de quitter Marcoussis et mes coéquipiers. Je suis un sentimental. Je ne dis pas que je vais pleurer dans le bus mais une aventure comme celle-là, ça vous marque.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0