Icon Sport

Épée, ascension à toute vitesse

Épée, ascension à toute vitesse
Par Rugbyrama

Le 25/06/2021 à 14:21Mis à jour Le 25/06/2021 à 17:16

TOURNOI DES 6 NATIONS U20 - Auteur d'un triplé face à l'Angleterre, l'ailier toulousain Nelson Épée impressionne et se montre ambitieux.

Ne cherchez pas plus longtemps le modèle de Nelson Épée. Le jeune ailier toulousain ne le cache pas, il est fan de Cheslin Kolbe. "Avec Ches’, on se ressemble, c’est un joueur à appuis, qui trouve des espaces pour perforer. C’est ce que je préfère dans le rugby. Du coup, j’essaie de m’inspirer de son jeu, de discuter." L’international moins de 20 ans possède, c’est vrai, des similitudes avec le champion du monde sud-africain. Rapide, Épée est un de ces joueurs électriques, capables de faire la différence à n’importe quel moment. Parce qu’approcher les 38 km/h en sprint, ce n’est pas donné à tout le monde. "Il faut qu’il crée sa propre identité, sa propre marque, tempère Philippe Boher. Quand tu es jeune joueur, c’est normal de prendre exemple. Mais il faut prendre un peu de hauteur et se dire que ce sera lui qui devra marquer les joueurs qui suivent."

Le VII dans les veines

En tout cas, celui qui a commencé le rugby à l’UAS Saverdun en Ariège a, comme Kolbe, une attirance pour le VII. Une discipline qui lui permet d’exprimer pleinement ses qualités d’attaquant. "Il y a beaucoup de courses donc ça fait travailler le cardio et techniquement, on progresse très vite." Tellement attiré qu’il n’est pas impossible de le revoir dans cette discipline au cours de sa carrière. Le joueur de 20 ans explique acquérir plus d’expérience "en jouant contre des pros à VII qu’en espoirs à XV". Progresser, un mot essentiel afin d’atteindre son gros objectif : s’imposer au sein de l’effectif professionnel du Stade toulousain, club où se bousculent de grands joueurs. "Il y a du monde oui… Mais si je ne joue pas, c’est que je dois plus travailler. Les coachs ont toujours raison."

Sacré avec les espoirs toulousains cette saison, Épée retrouve désormais certains de ses coéquipiers en club lors de ce Tournoi des 6 Nations. "On a un souvenir tous ensemble qui restera gravé. Avec les Bleuets du coup, on voit la complicité sur le terrain, que ce soit avec les Théo (Ntamack et Idjellidaine) ou Romain (Riguet)." Cette bande de copains, qui se suit depuis les catégories de jeunes, a pour objectif de briller aussi sous le maillot bleu, et de remporter des trophées. Et ce, dès cette année, malgré la défaite inaugurale face à l’Angleterre. "Ce n’est pas perdu", soutient Épée. Le Toulousain avait pourtant été l’auteur d’un gros match face au XV de la Rose, inscrivant un triplé en 19 minutes de jeu. "Trois essais dans le vent", juge le feu follet, avec la ferme envie de vite rebondir. Ça tombe bien, il sera reconduit sur l’aile face à l’Italie ce vendredi. De quoi créer de nouvelles étincelles ?

Par Yanis GUILLOU

Contenus sponsorisés