Icon Sport

Philippe Boher : "On a subi les évènements en deuxième période"

Philippe Boher : "On a subi les évènements en deuxième période"
Par Rugbyrama

Le 20/06/2021 à 09:13Mis à jour

6 NATIONS U20 - Les Bleuets se sont inclinés lors du Crunch ce samedi, à l'Arms Park de Cardiff, pour leur premier match du Tournoi 2021 (38-22). Pourtant confortablement installés en tête à la pause (19-3), les hommes de Philippe Boher ont cédé face aux assauts anglais en deuxième période. Le manager est revenue sur ce retournement de situation.

Philippe, la rencontre avait si bien débuté, avec cette belle première période…

Je crois que l’on prend le match par le bon bout. On est en place, on a la possession du ballon… L’ensemble de l’équipe joue en suivant les options stratégiques qui avaient été décidées en amont. Et cela marche bien, puisque l’on met à mal nos adversaires et que l’on enchaîne de bonnes séquences : on joue là où ils ne sont pas et on finit par marquer des essais sur les extérieurs ou sur des retours côté fermé.

En plus, on se crée deux autres occasions, une sur ballon porté et une autre sur un enchaînement de rucks à 5 mètres de la ligne, mais on perd finalement les ballons. Donc ça pouvait même être encore mieux sur le premier acte.

Alors, comment expliquer ce changement total de physionomie en seconde période ?

Globalement, en première mi-temps, on dominait les contacts, on avait la possession et on parvenait à répéter les séquences offensives dans le camp anglais. Eh bien, en deuxième, on a moins eu la possession, et lorsqu’on l’a eu, on l’a eu dans notre camp. Ainsi, les Anglais ont retardé nos sorties et se sont montrés plus tranchants sur les plaquages. On a été mis sous pression… Et fatalement, on a encaissé des essais.

Quel était le discours à la pause ?

À la mi-temps, on avait donné pour consigne de corriger quelques petites choses qui n’allaient pas, de notamment faire attention aux hors-jeu, car on avait été pénalisés quatre fois là-dessus. On a encouragé notre équipe à suivre le même plan de jeu, à maintenir de l’alternance.

Malheureusement, la bascule dans la tête des joueurs se fait sur cette longue séquence défensive en début de deuxième période, avec cet essai accordé après arbitrage vidéo. À partir de là, on a une baisse au niveau du physique et de la possession, ce qui fait que l’on subit les évènements, un peu comme les Anglais avaient subi en première période.

Vos joueurs n’ont-ils pas légèrement lâché le pied au retour des vestiaires ?

Je ne dirai pas ça. Je dirai qu’on a été moins performants dans les contacts, sur la possession du ballon et, bien sûr, les Anglais ont revu des choses à la mi-temps. D’ailleurs, ils sont montés beaucoup plus forts en défense durant le deuxième acte. Ils avaient très certainement dû réaxer leur stratégie défensive. Et il y a aussi eu une grosse première mi-temps en matière de courses de notre côté. On a manqué de fraîcheur par la suite.

On imagine que le premier acte reste malgré tout une bonne base sur laquelle s’appuyer…

Oui, cette première période est une bonne base de travail. Et la deuxième est quant à elle une base de réflexion. Elle doit nous permettre d’éviter de revivre un tel scénario dans la suite de la compétition.

Propos recueillis par Dorian VIDAL

Contenus sponsorisés