Other Agency

6 Nations U20 2019 - L'agression honteuse d'un Anglais sur Vincent Pinto non sanctionnée

L'agression honteuse d'un Anglais sur Pinto non sanctionnée
Par Rugbyrama

Le 10/02/2019 à 10:30Mis à jour Le 10/02/2019 à 13:53

TOURNOI DES 6 NATIONS U20 2019 - Le premier crunch du week-end opposant les U20 anglais aux Bleuets a vu la large victoire des Anglo-saxons. Les Français n’ont même pas obtenu le bonus défensif malgré un sursaut d’orgueil en toute fin de rencontre. Mais celle-ci a été ternie par un très vilain geste anglais alors que Vincent Pinto venait d’aplatir.

Cela n’aurait pas changé le cours de la rencontre. L’Angleterre comptait déjà 12 points d’avance au tableau d’affichage et ce n’était qu’une question de minutes avant que l’arbitre ne renvoie tout le monde aux vestiaires. Les Bleuets ont cependant tenu à se rebeller, pour se racheter d’une partie cédée aux Anglais par le biais d’une mêlée et d’un jeu au sol désastreux. Surtout, avec trois essais déjà inscrits et le moyen de revenir à 7 points d’écart, la perspective d’un nouvelle réalisation donnait aux Français deux points de bonus pour sauver les meubles.

Tout part d’une possession française dans le camp adverse à la suite d’une touche. Après plusieurs temps de jeu pour balayer la largeur du terrain, Louis Carbonel trouve finalement la faille sur le côté gauche. Enfin, la défense anglaise s’étire et laisse des ouvertures. Simon Desaubiès sent le coup et tape sur son aile droite pour y trouver Vincent Pinto, esseulé. L’ailier palois finit sa course dans l’en-but en bas des poteaux mais se retrouve violemment heurté par le genou d’Ollie Lawrence au moment d’aplatir. Celui-ci finissait sa course et n’avait aucune chance d’empêcher Pinto de marquer. Ce qui a découlé sur une échauffourée entre les rivaux.

Et c’est la double peine pour les Bleuets qui, outre la blessure à la tête de leur ailier à cause de ce geste d’antijeu, n’auront pas la consolation de ce quatrième essai. En effet, si l’arbitre gallois de la rencontre M. Evans décide d’oublier cette agression, il fait de surcroît appel à la vidéo pour annuler le baroud d’honneur tricolore. Car le Toulonnais Carbonel, une minute avant la marque, avait bénéficié d’un couloir permis par deux montées en pointe anglaises et surtout d’une obstruction du Gauthier Maravat, coupable d’un passage à vide.

Bien que M. Evans ait cherché loin dans le temps cette faute française, le refus de l’essai est difficile à contester. Cependant il aurait été judicieux de sanctionner Ollie Lawrence pour ce geste totalement futile et surtout très dangereux. Il se pourrait d'ailleurs que le centre anglais soit cité par la commission de discipline du Tournoi. Maigre consolation pour les Bleuets peuvent repartir d’Angleterre avec beaucoup de frustration.

Par Quentin Put

Contenus sponsorisés
0
0