Icon Sport

Bourdon, le nouveau visage des Bleues

Bourdon, le nouveau visage des Bleues
Par Rugbyrama

Le 02/02/2020 à 10:35

TOURNOI DES 6 NATIONS FÉMININ 2020 - Meilleure joueuse française en 2019, Pauline Bourdon, numéro 9, sera replacée en 10 en ce début de tournoi. Elle sera la clé du XV de France, peut-être le déclic pour faire de l'équipe de France la meilleure équipe au monde.

À seulement 24 ans, la longue chevelure rousse de Pauline Bourdon est un peu le nouveau visage du XV de France féminin. De visages et de cadres, ce groupe n'en manque pas, mais il faut dire que ces visages sont en place depuis de nombreuses années et qu'ils manquaient un peu de fraîcheur. N'Diaye, Trémoulière, les sœurs Ménager, l'équipe de France peut déjà les remercier tant elles ont participé à la médiatisation grandissante de cette formation. Tout au long de la décennie elles n'ont jamais quitté le podium du Tournoi et l'ont remporté à 3 reprises.

Pauline Bourdon, c'est justement ce nouveau visage qui peut faire franchir ce nouveau cap aux Bleues. La Bayonnaise, qui est la seule de ce club sélectionnée en Bleu est un personnage du vestiaire, capable de prendre la parole, de dire les choses quand il faut. Sur le terrain c'est moins démonstratif, en revanche, c'est juste et très précis. Véritable métronome de cette équipe, capable d'user de son pied même dans l’exercice du but, Pauline Bourdon est également capable de finir ses actions puisqu'elle a inscrit 5 essais en Bleu ces deux dernières années. 2019 fut l'apogée de sa jeune carrière.

Seule Française nommée pour être joueuse de l'année et succéder à Jessy Trémoulière elle ne sera finalement pas récompensée à l'échelle mondiale, elle le sera en France par la presse, notamment en recevant l'Oscar féminin, Midi Olympique.

L'association avec Sansus

Si vous vous étiez habitués à la voir coller au ballon, pour éjecter rapidement le cuir hors des rucks et bien cela va changer. La faute à Laure Sansus. Demi de mêlée du Stade Toulousain, Sansus évolue dans un registre diamétralement opposé à la Bayonnaise. Explosive, elle n'hésite pas à démarrer au ras des rucks à l'image de son homologue toulousain Antoine Dupont. La relation entre les deux femmes est excellente, d'ailleurs, Sansus le dit elle-même : "Il n'y a pas de concurrence entre nous, seulement de la complémentarité."

Toutes deux capables de coups d'éclats au plus haut niveau international, Annick Hayraud a trouvé dommageable de se priver d'un de ses deux feux-follets. C'est pourquoi la polyvalence de Bourdon va être mise à l'épreuve à l'ouverture. Une charnière flamboyante, extrêmement dangereuse, qui sera pour la première fois alignée dimanche à Pau. Quand on connaît l'importance du Crunch au féminin, qui a une saveur de finale, cette première association n'est pas un test, mais l'occasion de frapper un grand coup.

Leur pilier Lise Arricastre place d'ailleurs de grands espoirs en elles. "C'est une charnière exceptionnelle qui peut nous emmener très loin dans ce tournoi, mais également l'an prochain à la Coupe du monde." La capacité de Bourdon à évoluer en 10 à son meilleur niveau, sera donc la clé de ce XV de France, qui débute sa conquête du monde.

Par Baptiste Barbat.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés