Icon Sport

La joueuse du match : Ménager dans le gratin mondial

La joueuse du match : Ménager dans le gratin mondial
Par Rugbyrama

Le 25/04/2021 à 18:14Mis à jour Le 25/04/2021 à 18:16

TOURNOI DES 6 NATIONS 2021 - Seul changement dans le XV de départ par rapport au match en Irlande, Romane Ménager a prouvé qu’on pouvait une nouvelle fois lui faire pleinement confiance.

Société générale

Pouvait-on douter de Romane Menager ? Élément fort de l’équipe de France depuis ses débuts en 2015, elle a été, ces derniers temps, écartée de ce groupe pour intégrer le projet olympique avec l’équipe de France à VII. Elle était donc à Dubaï quand la France préparait ce Tournoi et affrontait le pays de Galles. Parmi les quatre joueuses de France VII qui sont arrivées en cours de compétition, Romane Ménager est la seule qui n’était pas titulaire la semaine passée face à l’Irlande.

Mais ses vingt grosses dernières minutes avaient suffi à rassurer, un essai à la clé. Après la blessure à l’épaule d’Émeline Gros, la titularisation de la Montpelliéraine ne souffrait plus d’aucun doute. "Romane, c’est une très grande joueuse, qui apporte énormément à VII et à XV. C’est une joueuse rapide et puissante, une grosse plaqueuse, une des meilleures 8 au monde et elle est encore jeune. Elle peut encore progresser."

De belles années à venir

11 courses, 50 mètres de progression balle en main, 8 plaquages sur cette finale. Ces chiffres traduisent en effet une grosse activité. "Romane fait surtout partie de ces joueuses qui peuvent faire basculer une rencontre en un instant." On repense évidemment à la demi-heure de jeu, alors que la marque était encore vierge. Les Bleues imposaient une séquence interminable aux Anglaises, qui tenaient bon. Il n’y avait pas de décalage mais la numéro 8 dominait sa vis-à-vis à l’impact, et passait les bras pour offrir l’essai à l’arrière Émilie Boulard. Malheureusement cette transmission était légèrement en-avant. Ménager passait de décisive à fautive. Après une telle débauche d’énergie, comment l’accabler ?

Comme le rappelle Safi N’Diaye, à seulement 24 ans, la troisième ligne centre à encore de très belles années devant elle. "C’est une joueuse qui travaille énormément. Alors, si on lui offre la possibilité de travailler encore plus sa technique, sa qualité de passe, avec les filles du VII, c’est sûr qu’elle progressera. Ça se voit déjà." Avec ses 1,78 m pour 80 kg d’explosivité, on la savait dotée de capacités physiques exceptionnelles. Si elle continue d’améliorer sa technique, elle entrera rapidement dans le cercle des toutes meilleures joueuses du monde.

Société générale

Par Baptiste Barbat

Contenus sponsorisés