Icon Sport

Les "Affamées" n'ont fait qu'une bouchée des Irlandaises

Les "Affamées" n'ont fait qu'une bouchée des Irlandaises
Par Rugbyrama

Le 09/03/2019 à 21:46Mis à jour Le 09/03/2019 à 22:35

TOURNOI DES 6 NATIONS FÉMININ 2019 - Dans le stade de Donnybrook plein à craquer, les Françaises, réduites à 14 à la 60ème minute suite à l'exclusion de Romane Ménager pour un coup de coude en avant, n'ont pas fait de détails face aux Irlandaises et l'emportent 17 à 47. Les Bleues repartent avec le point du bonus offensif et vengent les Bleuets défaits à Cork ce vendredi soir.

Ce déplacement en terre Celte s’annonçait ardu pour les Bleues d’Annick Hayraud en raison des nombreuses absences, il n’en a rien été. Les tricolores ont terrassé leurs adversaires du soir en inscrivant la bagatelle de sept essais. Une performance de haute volée qui confirme le succès précédent face aux Écossaises.

Bourdon et Boujard, reines d’un soir

La Bayonnaise Pauline Bourdon a tout simplement éclaboussé la rencontre de son talent à l’ouverture. Culottée, inspirée et inspirante pour ses partenaires, elle a livré une prestation de haut niveau. Ses courses chaloupées n’ont échappé à personne comme ses prises d’initiatives au cœur de la défense adverse. Quand la demie d’ouverture de poche décide d’user du pied, elle permet également à ses coéquipières de souffler et d’aborder la partie plus sereinement. Elle a effectué un nombre de passes incalculables dans le bon tempo, toujours au service de ses partenaires.

Tournoi des 6 Nations 2019 - Pauline Bourdon (France) au plaquage sur Sene Naoupu (Irlande)

Tournoi des 6 Nations 2019 - Pauline Bourdon (France) au plaquage sur Sene Naoupu (Irlande)Icon Sport

De son côté, la Montpelliéraine Caroline Boujard, désignée femme du match a également réalisé une excellente prestation. Dans tous les bons coups, elle a plusieurs fois affolée la défense adverse par ses courses tranchantes. Constamment concernée par le jeu et parfaitement placée, elle inscrit un essai grâce à sa pointe de vitesse sur une passe au pied dans le champ profond de Yanna Rivoalen à la 39ème minute.

Deux salles, deux ambiances

L’entame de match nous a offert une splendide opposition de style entre les deux nations. D’un côté, des Irlandaises puissantes, pugnaces et efficaces devant. Leur troisième ligne au complet a fait des ravages dans la défense bleue, de véritables poisons à l’image de la capitaine Ciara Griffin, au four et au moulin durant le premier acte. Que ce soit dans les tâches obscures ou dans le jeu courant, elle s’est donnée corps et âme et a effectué une belle partie malgré la déroute des siennes.

De l’autre, un jeu léché et aéré proposé par les Bleues illustré par de magnifiques essais comme celui inscrit par la toulousaine Ian Jason après la superbe prise d’intervalle de Caroline Boujard qui a déchiré le rideau défensif irlandais sur trente mètres. Passé ce début de match plutôt équilibré, les Françaises ont enclenché le mode rouleau compresseur pour ne plus jamais lâcher leur proie.

Le triomphe du jeu

Les Affamées ont finalement maîtrisé leur sujet de A à Z malgré une action qui aurait pu être le tournant du match, lorsque Romane Ménager percute la défense Verte le coude en avant. L’arbitre de la rencontre expulsera la montpelliéraine. Cette décision aura pour effet de révolter la troupe bleue qui inscrira deux nouveaux essais en fin de match par Audrey Forlani et Marine Ménager. La deuxième mi-temps fût beaucoup plus hachée, mais les Bleues ont su gérer leur avance malgré l’exclusion de la numéro huit. Elles ont su proposer au public de l’Energia Park une panoplie extrêmement large dans leur jeu d’attaque, à l’inverse des Irlandaises, trop cantonnées à un jeu de défi physique qui n’a pas payé ce soir.

Les Bleues ont même pris le dessus en mêlée fermée sur la fin de match, illustrant leur domination sans partage dans cette partie. Plus alertes, plus dynamiques et plus inspirées, les "Affamées" ont glané un succès qui ne fait aucune contestation. La charnière a parfaitement fait le liant entre un paquet d’avant conquérant et une ligne de trois-quarts par moments stratosphérique. Une justesse technique que n’avaient pas les Irlandaises ce soir. En outre, la paire de centre Vernier-Yengo aura créé un danger fou dans la défense Verte. Une complémentarité à saluer quand on sait que la Rennaise Yolaine Yengo fêtait sa première sélection.

Toutes les filles se sont mises au diapason du projet de jeu proposé par Annick Hayraud, force est de constater que la Manager de l’équipe de France a réussi son pari ce soir, celui du jeu.

Par Thomas Saint-Antonin

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés