Eurosport

2018, année de l’Irlande

2018, année de l’Irlande

Le 02/06/2018 à 08:47Mis à jour Le 02/06/2018 à 09:43

Contenu Sponsorisé

Le rugby irlandais a tout raflé cette année, que ce soit le XV du Trèfle avec le Tournoi des 6 Nations ou la province du Leinster avec la Champions Cup et la Ligue celte. La consécration d’une nation qui a su imposer son style et mettre l’Europe à ses pieds.

Cette année 2018 restera à tout jamais à part dans les cœurs d’Irlande. Celle où elle a plané comme jamais sur le vieux Continent et mis la main sur toutes les compétitions. Le point d’origine de cette balade irlandaise se situe en France où, par un soir froid de février, l’ouvreur star du XV du Trèfle Jonathan Sexton a claqué, longtemps après la sirène, le drop de la gagne face aux Bleus (13-15). Lancée à Saint-Denis, l’aventure des hommes de Joe Schmidt fut exceptionnelle et s’est conclue en apothéose.

Vidéo - Le siege by Renault / Rugby

01:17

Un Grand Chelem à Twickenham le jour de la Saint-Patrick

Assurée de remporter le Tournoi avant même la dernière journée grâce à des victoires très convaincantes sur l’Italie (56-19), le pays de Galles (37-27) et l’Écosse (28-8), l’Irlande a vu plus haut. Glaner un premier Grand Chelem depuis neuf ans, à Twickenham, le temple du rugby anglais, un 17 mars, jour de la Saint-Patrick (la fête nationale irlandaise). Les supporters irlandais eux-mêmes n’osaient pas en rêver !

Les partenaires de Sexton, eux, l’ont fait (15-24), en restant fidèles de bout en bout à leurs valeurs et à leur système de jeu, peu spectaculaire pour certains mais appris et maîtrisé jusque dans le moindre détail et récité à la perfection. "Il y a du talent, du travail et de la précision, résumait alors pour rugbyrama.fr l’entraîneur du Racing 92 Laurent Travers. C’est tout à l’image du système irlandais".

Irlande

IrlandeEurosport

Le Leinster sur le toit de l’Europe

Ce système en question, qui place l’équipe nationale tout en haut de la pyramide, repose sur quatre provinces où sont concentrés tous les internationaux irlandais. Le Munster et le Leinster sont les plus armées pour aller loin en Champions Cup, historiquement prioritaire par rapport à la Ligue celte. Et comme la sélection, les deux locomotives, basées respectivement à Limerick et Dublin, ont fièrement représenté leur pays cette saison. Pour la Red Army, l’histoire s’est prolongée jusqu’en demi-finale, éliminée par le Racing 92 (27-22). Le Leinster a, quant à lui, tout simplement marché sur la compétition.

Sortie avec six victoires d’une poule coriace comprenant Glasgow, le champion d’Angleterre en titre (Exeter) et le futur finaliste du Top 14 (Montpellier), la province dublinoise s’est offert en quarts de finale les Saracens, double champion d’Europe en titre (30-19), n’a fait qu’une bouchée des Scarlets en demies (38-16) et a fini par faire plier le Racing 92 en finale à Bilbao au terme d’un bras de fer haletant (15-12). Ou l’art et la manière de ramener la grande coupe d’Europe sur l’ile, six ans après le dernier sacre… du Leinster de Jonathan Sexton.

Leinster

LeinsterEurosport

La Coupe du monde en ligne de mire ?

Les poches déjà bien pleines, l’Irlande s’est octroyée un dernier plaisir le dernier week-end de mai, toujours grâce au Leinster, qui a disposé des Scarlets samedi en finale de la Ligue celte (40-32). Le dénouement d’une saison couronnée de succès pour une nation qui s’est vite consolée de ne pas avoir été désignée hôte de la Coupe du monde 2023 et qui peut légitimement rêver de porter son modèle au-delà des frontières européennes, l’an prochain au Mondial japonais.

Passionnés de Rugby, ne soyez plus simples spectateurs de votre passion. Avec le programme Le Siège Renault, vivez de grands évènements de l’intérieur et profitez de contenus exclusifs pour découvrir les coulisses.

Contenus sponsorisés
0
0