Abonnés

Top 14 - Un Racing 92 médiocre a signé l'une de ses pires performances face à Bayonne

  • Top 14 - Malgré le retour de Josua Tuisova, le Racing 92 a été loin d'être transcendant face à Bayonne.
    Top 14 - Malgré le retour de Josua Tuisova, le Racing 92 a été loin d'être transcendant face à Bayonne. Icon Sport
Publié le
Partager :

Méconnaissables à Auxerre, les Franciliens ont commis en Bourgogne l’une de leurs pires performances, cette saison. C’est grave, docteur ?

Peut-on tout pardonner à une équipe ayant joué à quatorze pendant plus d’une heure ? Peut-on estimer que ce Racing 92, amputé de Fabien Sanconnie à la 15e minute, était dès lors en totale incapacité de renverser la douzième équipe du championnat ? Clairement, non. Et on peut au moins reconnaître aux Racingmen l’élégance de l’avoir admis. "Le carton rouge n’est pas une excuse, disait Siya Kolisi en conférence de presse. C’est très gênant, ce que nous avons réalisé contre Bayonne… Désormais, chacun doit prendre ses responsabilités." Irrésistibles durant dix minutes puis méconnaissables, apathiques et mous du genou pendant le reste de la rencontre, Gaël Fickou et ses coéquipiers ont livré face à Bayonne la pire performance de leur saison et sont encore très loin d’avoir sécurisé leur place en phases finales. "C’est dur de mettre des mots sur cette défaite, pestait Nolann Le Garrec dans les couloirs de l’Abbé-Deschamps. On avait à cœur de faire un bon match parce qu’on nous avait mis à disposition à Auxerre un super stade et une pelouse magnifique : samedi, le public a répondu présent ; pas nous…"

Ce qui inquiète surtout, chez ce Racing à côté de ses pompes, ce sont les difficultés récurrentes de sa défense, leurs adversaires ayant aplati en Bourgogne quatre essais avec une déconcertante facilité.

Le Garrec : "On va se faire discrets"

Stuart Lancaster, qui a repris en mains ce secteur de jeu depuis le début de saison, a-t-il du mal à imposer ses vues pour élaborer un système digne de ce nom ? Ou le mal, ici, réside-t-il simplement dans les carences individuelles affichées au plaquage par les uns et les autres ? Kolisi, lui, semblait en tout cas raccord avec cette option-là : "Personnellement, je n’ai pas amené assez d’énergie et de leadership à l’équipe : je rate un plaquage, je fais un en-avant qui offre un essai à l’Aviron bayonnais et je ne suis pas fier de ma prestation." Avant de rejoindre Lyon pour un match capital en vue de la qualif’, le club des Hauts-de-Seine doit cette semaine se remettre en question. Le Garrec, l’un des rares à avoir évolué samedi à son niveau réel, ne disait pas autre chose : "Avec les joueurs que l’on a sur le terrain, avec les ambitions que nous avons chaque début de saison, on ne peut pas se permettre ce genre de performance. Cette semaine, on va donc se faire discrets et bosser."

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?