Abonnés

Top 14 - Des Bayonnais plus en forme que jamais face au Racing 92

  • Les attaquants baques, à l’instar de Maxime Machenaud auteur d’un doublé, ont rempli leur mission face au Racing 92 et fait un grand pas vers le maintien.
    Les attaquants baques, à l’instar de Maxime Machenaud auteur d’un doublé, ont rempli leur mission face au Racing 92 et fait un grand pas vers le maintien. Icon Sport - Dave Winter
Publié le
Partager :

Face au Racing 92, plusieurs Bayonnais ont enfin évolué à leur niveau de jeu réel : de quoi complexifier les choix de Gregory Patat, en vue de la fin de saison ?

L’Aviron bayonnais a du coffre, du souffle et de la réserve. L’Aviron existe surtout sans Cheikh Tiberghien, Santiago Carreras, Uzair Cassiem ou Guillaume Rouet, tous laissés au repos pour ce déplacement en Bourgogne… Franchement ? Cette équipe dite "prime" nous a par moments régalés, à Auxerre : relançant tous ses ballons ou presque, profitant de sa supériorité numérique pour briller sur les extérieurs et faire courir au maximum les quintaux de Josua Tuisova et Vinaya Habosi, tous deux forts peu à l’aise dès lors que le jeu s’accéléra un poil, les attaquants basques ont probablement produit au stade de l’Abbé-Deschamps leur meilleure performance, depuis la large victoire face à Exeter, en Champions Cup (40-17).

Ici, ils sont d’ailleurs plusieurs à avoir flatté notre rétine : on attend déjà que Maxime Machenaud, fort réactif dès que l’on écrit en ces colonnes qu’il n’est pas bon, sache reconnaître en nous une expertise rugbystique évidente, l’ancien Racingman (auteur de deux essais opportunistes) ayant probablement signé samedi son match le plus accompli depuis son arrivée à Bayonne. Au vrai, on efface aussi tout ce qu’on a bien pu penser au sujet du Wallaby Reece Hodge, la recrue phare du dernier recrutement, globalement peu convaincant depuis six mois et enfin retrouvé face au Racing, un adversaire face auquel il fit si souvent parler son toucher de balle, à la main comme au pied. Quant à Tom Spring, tranchant sur toutes ses courses, convenez avec nous qu’il mérite probablement mieux qu’une saison 2024-2025 à cirer le banc de touche, l’arrivée au club de Joris Segonds et l’éclosion de Xan Mousques offrant bientôt mille solutions à Gregory Patat et son staff, au fond du terrain…

Marchois : "Il nous manquait une victoire marquante"

Samedi après-midi, les attaquants basques ont donc su faire oublier que la conquête directe de l’Aviron bayonnais n’avait ce jour-là pas été irréprochable, tant les Basques eurent du mal à s’organiser en maul pénétrant ou marquer au fer rouge un adversaire pas vraiment réputé pour la qualité de sa mêlée fermée. Mais surtout, Denis Marchois et ses coéquipiers ont à Auxerre fait un grand pas vers le maintien, leur calendrier de fin de saison étant au mieux facile, au pire favorable. Après match, ledit Marchois concluait ainsi : "On ne passe pas à côté de notre saison. On a eu quelques désillusions mais globalement, on est pas mal. Ceci dit, il nous manquait une victoire marquante comme celle-ci et franchement, ça fait du bien."

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?