Abonnés

Pro D2 – Brive, le triple effet kiss cool d’un week-end parfait

  • Brive doit conserver sa place dans le top 6.
    Brive doit conserver sa place dans le top 6. Icon Sport - Eddy Lemaistre
Publié le
Partager :

Vainqueurs à Vannes jeudi soir (26-21), dans ce qui s’assimilait pour eux à un seizième de finale, les Corréziens ont également vu leurs concurrents directs à la qualification chuter, le lendemain. En difficulté il y a une semaine, le CAB est désormais en position de rafler la mise de la 6e place…

Vendredi soir, au coup de sifflet final de la 29e et pénultième soirée de phase régulière de Pro D2, l’entraîneur de Brive Pierre-Henry s’est adressé à ses supporters, via ses réseaux sociaux. "On me dit que le Stadium Amédée-Domenech peut devenir un chaudron, vendredi prochain contre Biarritz… J’attends de voir ça…" Collée en dessous, l’image Rugbyrama du classement de la division, à une rencontre de la fin.

Tout a souri au CAB

Pour comprendre l’objet de son message, pas besoin d’être prix Nobel de mathématiques : désormais seul à la sixième place (71 points), le CAB a pleinement son destin entre ses mains. Une victoire à cinq points (bonus offensif) face à Biarritz et l’affaire sera entendue, le club qualifié pour des barrages qui semblaient bien hypothétiques, il y a encore une semaine. C’est le résultat d’un triple facteur. D’abord, la victoire solide des Corréziens à Vannes, jeudi, fruit doré d’un coup savamment préparé en coulisses (voir page 14). Mais aussi les défaites sur le fil de leurs deux concurrents directs : devant au score jusqu’à l’heure de jeu, Mont-de-Marsan s’est finalement incliné d’un souffle (26-24) sur la pelouse de Montauban ; plus cruel encore pour Nevers, qui n’aura cédé que cinq minutes après la sirène sur la pelouse de Béziers (20-16). Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Broncan et ses hommes pouvaient se frotter les mains.

Peu de doute, alors, que le Gersois sera exaucé dans ses prières et que l’ambiance au Stadium de Brive, dimanche, sera volcanique. Cette qualification, si elle se concrétise, ferait figure d’aubaine et de petit miracle pour le CAB dont la saison fut chaotique, marquée par un changement d’entraîneur et des performances souvent décevantes malgré de gros moyens pour la division.

"La saison est un gros gâchis"

Ce parcours de labeur, Broncan ne l’oubliait pas, jeudi soir, après la victoire mais avant de savoir ce que le destin lui réservait de savoureux. Comme un signal d’alerte à ses troupes. "Mon sentiment ? Que la saison est un gros gâchis. Cela fait chier parce qu’on passe toute la saison à être inconstant. Et le plus gros danger, c’est Biarritz. Pour se qualifier, le plus dur commence. Le plus dur, ce n’était pas de battre Vannes. Le plus dur, ce sera de ne pas se laisser griser". Ce serait fâcheux, effectivement, que cette équipe oublie d’où elle vient, pour ne pas bien mesurer la chance qui lui est offerte de disputer des phases finales après une telle saison. À ne pas gâcher.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
PA1954 Il y a 12 jours Le 14/05/2024 à 14:17

Beaucoup de regrets pour un début de saison où Brive a alterné le bon et le moins bon. Ne vendons pas la peau de l' ours basque avant le match, mais je reste optimiste au regard des dernières prestations de voir le CABCL arriver en finale et jouer la montée (et gagner) contre le MHR. Plaisir extraordinaire de voir Broncan châtier Collazzo...

PA1954 Il y a 12 jours Le 14/05/2024 à 13:45

Beaucoup de regrets pour un début de saison où Brive a alterné le bon et le moins bon. Ne vendons pas la peau de l' ours basque avant le match, mais je reste optimiste au regard des dernières prestations de voir le CABCL arriver en finale et jouer la montée (et gagner) contre le MHR. Plaisir extraordinaire de voir Broncan châtier Collazzo...