Abonnés

Top 14 - Opinion du Midol Castres – Montpellier : C’était Leone "Wembanyarawa"

  • Leone Nakarawa a une nouvelle fois illuminé la rencontre avec des passes venue d'ailleurs.
    Leone Nakarawa a une nouvelle fois illuminé la rencontre avec des passes venue d'ailleurs. Icon Sport - Anthony Dibon
Publié le
Partager :

Auteur d’une entrée remarquée à Pierre-Fabre, le deuxième ligne fidjien a fait basculer le match en la faveur du CO par des passes dont il a le secret.

On a déjà écrit mille fois à quel point Leone Nakarawa était un joueur à part. Capable de passes que d’autres n’oseraient même pas en rêve. Mais que voulez-vous… Le géant fidjien conduit notre plume comme il s’amuse avec les défenses adverses. Samedi après-midi, à Pierre-Fabre, l’ancien membre de la sélection fidjienne à VII s’en est encore donné à coeur-joie. Remplaçant au début de la rencontre, son manager Jeremy Davidson avait préféré composer l’attelage du CO avec Vanverberghe et Staniforth, une association plus rugueuse et dense : « On savait que pour affronter Montpellier, il fallait d’abord être très bons sur les ballons portés, car les Montpelliérains sont très puissants dans ce secteur. » Une fois que les deux titulaires ont abattu leur travail de sape (et marqué au passage un essai chacun), le show « Nakarawa » a pu commencer à la 53e minute.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le géant fidjien n’a pas traîné avant de faire rugir de plaisir le public de Pierre-Fabre. À peine trois minutes après son entrée en jeu, le Mélanésien trouvait le moyen, malgré les efforts de deux défenseurs héraultais, d’extraire ses grands bras de ses adversaires et servir son troisième ligne centre Yann Peysson bien venu dans son axe. Et une poignée de minutes plus tard, Nakarawa se muait en joueur de NBA pour adresser une passe décisive à Adrea Cocagi, lequel redonnait l’avantage au score au CO. D’où la contraction de son nom avec celui du phénomène français du prestigieux championnat de basket US, Victor Wembanyama : « Cette passe à cinq mètres de la ligne, elle est incroyable, lâchait, admiratif, son coéquipier Florent Vanverberghe. Je pense qu’il est seul dans le monde à faire passe. À cet endroit du terrain, les mecs en face défendent leur ligne comme des dingues, et Leone arrive à nous sortir cette passe dont il a le secret. C’est un bonheur de jouer avec ce mec. » Et un plaisir à le voir jouer.

Vous êtes hors-jeu !

Cet article est réservé aux abonnés.

Profitez de notre offre pour lire la suite.

Abonnement SANS ENGAGEMENT à partir de

0,99€ le premier mois

Je m'abonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Pasiphae Il y a 12 jours Le 12/05/2024 à 07:52

Que va nous dire l'irréprochable Laporte... les « escrocs » précédents ont été champions de France, quasiment les mêmes, sous sa gouvernance, sont barragistes...
Cherchez l'erreur