France - Italie : des Bleus inquiétants concèdent un match nul miraculeux face à l'Italie

Par Antoine Sabatier
  • Paul Boudehent face à l'Italie ce dimanche après-midi.
    Paul Boudehent face à l'Italie ce dimanche après-midi. Patrick Derewiany - Patrick Derewiany
Publié le Mis à jour
Partager :

Avec un jeu peu emballant et beaucoup de déchets les Bleus n'ont pas réussi à faire mieux qu'un match nul (13-13) face à l'Italie. Les hommes de Fabien Galthié se sont montrés plus que jamais en difficulté face à des Italiens qui profitaient de chacun de leurs temps forts et avaient même une balle de match face aux poteaux dans les derniers instants. Une prestation inquiétante dans ce Tournoi des 6 Nations après la claque reçue face à l'Irlande et un succès de justesse contre l'Écosse.

Un match nul au goût de défaite, autant pour la France que pour l’Italie, qui ont fait le premier match nul de leur histoire commune (13-13), ce dimanche après-midi au stade Pierre Mauroy. Les Bleus ont manqué de réalisme et cédé dans ce match joué toute une mi-temps à 14. L’Italie aurait pu, et peut-être dû, s’imposer dans les dernières secondes du match, mais Garbisi a manqué la pénalité de la victoire.

Les Bleus dominent, mais restent stériles 

Méconnaissables, les Bleus sont passés à un poteau d'une défaite historique contre l'Italie à domicile. Elle semble loin la génération dorée...

Le film du match > https://t.co/QfiqQsmk81 pic.twitter.com/1b2aUxYegU

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) February 25, 2024

Dès la première minute, l’Italie grattait un ballon pour stopper une offensive française. Un avant-goût de la fin du match. Mais avant cela, les Bleus ont donné des espoirs à leurs supporters. Après avoir investi le camp adverse, le danger était apporté dans les 22m italiens. Danty faisait reculer la défense, suivi par des coéquipiers qui mettaient un rythme intense. Woki était repris à deux mètres de la ligne, mais pouvait passer à Ollivon. Le capitaine captait le ballon en deux temps avant de marquer, après l’arbitrage vidéo (7-0, 8ème).

Mais hormis une pénalité de Ramos (10-0, 15ème), la France a été incapable de marquer. Par chance, la Squadra Azzurra proposait très peu dans le jeu, malgré une bonne possession, et le danger était plutôt dans son camp. Le ballon était souvent récupéré par le XV de France, mais gâché par des mauvais choix ou des en-avants. Un chiffre parlant : 42 % du jeu en première période a eu lieu dans les 22m italiens. Pour peu de dégâts au score. Il y en avait en revanche sur le genou de Matthieu Jalibert, contraint de céder sa place sur blessure (37ème). Puis Danty en faisait aussi, sur un Italien, en ne se baissant pas sur un plaquage (40ème). Contact tête contre tête, et après appel au bunker, cela se transformait en carton rouge.

Et puis le néant 

Si Ramos maintenait l’écart au pied (13-3, 44ème), répondant à la pénalité de Garbisi (40+2ème), le match avait complètement basculé par ce carton. Les Italiens, muets, prenaient confiance en voyant un résultat leur tendre les bras. Ils n’hésitaient pas à relancer à la main depuis leur camp, même sous pression. A tenter du jeu. A tout donner dans les rucks, face à des Bleus qui amenaient un soutien très lent. Quelques ballons volés en touche également. Et l’indiscipline des tricolores était bien exploitée (13-6, 62ème). Et plutôt qu’un esprit de révolte, la France perdait espoir.

Lorsque la mêlée de sept Français obtenait une pénalité, la victoire semblait dans les mains françaises, surtout qu’elle était suivie d’un maul conquérant, mais improductif. Sur cette mêlée dans leurs 22m, les Italiens remontaient tout le terrain, emmenés par leurs trois-quarts qui mettaient la défense au supplice. Après un travail des avants, Mori décalait Capuozzo pour l'envoyer à l’essai (13-13, 71ème), malgré une déviation de Penaud. Alors la Squadra Azzurra a vu la victoire à portée de mains. Ou plutôt les Bleus ont vu la défaite arriver, résignés. Ils ont cherché à pousser à la faute une défense adverse propre. Pire, ce sont les Italiens qui ont obtenu la pénalité de la gagne, à 30 mètres des perches. Garbisi était en place, le compteur a défilé, et puis … le ballon est tombé du tee. A peine le temps de le remettre en place, et l’ouvreur montpelliérain tirait sur le poteau droit. Fin du rêve pour les Italiens. Il y a peu, celui des Français étaient le titre mondial. Désormais, le staff de Fabien Galthié va devoir lutter pour ne pas terminer dernier du Tournoi.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (121)
Carioca31 Il y a 1 mois Le 25/02/2024 à 23:32

Il semble maintenant très clair que les joueurs ne se reconnaissent pas ou n'adhèrent plus au système de jeu que veut mettre en place le staff de Galthié. C'est le moment de faire évoluer la stratégie, il ne faudra pas attendre 2026 sous peine de nouvelle grosse désillusion au prochain mondial (déjà qu'on en a eu quelques unes...)

Breizhrugby Il y a 1 mois Le 25/02/2024 à 21:01

Notre jeu est stéréotypé, les adversaires lisent notre jeu, si on peut parler de jeu.
Des joueurs n'ont pas, ou plus, le niveau à mon sens.
Faisons entrer des jeunes, nous perdrons, mais on saura pourquoi et cela va les former au niveau international.
C'est ce que font les Gallois, les Anglais et les Écossais entre autres. Ils seront certainement mieux prépares que nous dsns les années futures, et on se dira "nous savons le.travail qu'il reste à faire", "les défaites construisent les joueurs", "on va se dire les choses en face" ....
Arrêtez de parler et agissez!! Sinon il va être trop tard, et on sera encore pour des années à la traîne pour des années !!

gibulus31 Il y a 1 mois Le 25/02/2024 à 20:02

Mais pourquoi Dupont est-il allé jouer à Sète?

Pentzean Il y a 1 mois Le 25/02/2024 à 21:56

Pas à Sète, à Vancouver