Coupe du monde de rugby 2023 - Bielle-Biarrey étincelant, Garbisi décevant... les tops et flops de la phase de groupes

Par Achraf Benahmida
  • La perte de balle de Semi Radradra lors de la dernière action contre le pays de Galles.
    La perte de balle de Semi Radradra lors de la dernière action contre le pays de Galles. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le
Partager :

La phase de poules de la Coupe du monde s'est conclue ce week-end. Avant d’entamer les quarts de finale, on vous a concocté nos tops et flops de cette première partie de Mondial.

TOP

Louis Bielle-Biarrey

Louis Bielle-Biarrey lors du match contre l'Italie.
Louis Bielle-Biarrey lors du match contre l'Italie. Icon Sport - Icon Sport

Comment ne pas commencer par Louis Bielle-Biarrey, peut-être LA révélation de ce mondial ? Le jeune ailier de l’UBB a su profiter de la chance accordée par Fabien Galthié en étant l’un des hommes forts de cette phase de groupes. À vingt ans à peine, Louis Bielle-Biarrey c’est 4 essais marqués en 4 matchs, avec 183 mètres parcourus et 85% des plaquages réussis. Un jeune prodige virevoltant sur son côté qui a réussi à effacer Gabin Villière dans la hiérarchie.

Damian McKenzie

Damian McKenzie auteur de deux essais face à la Namibie.
Damian McKenzie auteur de deux essais face à la Namibie. Icon Sport - Icon Sport

L’autre top de cette phase de groupes est le Néo-zélandais Damian McKenzie. Capable de jouer à l'ouverture et à l’arrière, il a joué un rôle majeur dans les performances des Blacks. McKenzie c’est 5 essais et 53 points inscrits. Le métronome de l’attaque des All Blacks a marqué les esprits de par ses coups de pied millimétrés et ses passes toute droit sorties de Space Jam.

Nicolas Martins

Nicolas Martins (casque rouge) avec les Lobos face à l'Australie.
Nicolas Martins (casque rouge) avec les Lobos face à l'Australie. Icon Sport - Icon Sport

Notre dernier top est portugais ! Pour sa première Coupe du monde, Nicolas Martins fait également partie des révélations. Le sécateur des Lobos a été infranchissable dans cette Coupe du monde. Le deuxième ligne aile de Soyaux Angoulême s’est démarqué de par son efficacité dans les plaquages. Nicolas Martins a été le deuxième meilleur plaqueur de la phase de groupes, avec un total de 63 plaquages pour un taux de réussite de 88%.

FLOP

Carter Gordon

Carter Gordon durant la rencontre Australie - Géorgie.
Carter Gordon durant la rencontre Australie - Géorgie. Icon Sport - Icon Sport

Passons maintenant à nos déceptions de ces phases de poules. Sans surprise, notre premier flop revient à Carter Gordon. Le jeune ouvreur wallabies n’a cessé de décevoir tout au long de la compétition, son manque d'expérience lui a fait défaut. Il n’a pas été au niveau attendu d’un ouvreur en Coupe du monde, avec des fautes de mains et des coups de pied brouillons à répétition, coûtant parfois cher à son équipe. Critiqué par la presse australienne bien avant la Coupe du monde, Eddy Jones l’a tout de même souvent aligné dans ce Mondial. Peut-être le plus gros flop de la phase de poules.

Semi Radradra

Déterminant offensivement, il a coûté cher en défense avant d’échapper le ballon de la gagne au bout d’un match fou… \ud83c\uddeb\ud83c\uddefhttps://t.co/W9MkPp19JS

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) September 11, 2023

Un autre joueur qui a laissé le public sur sa faim : Semi Radradra. L’une des stars des Flying Fijians n’a pas su faire parler son talent pendant la phase de groupes. Avec beaucoup de déchets et de faiblesse en défense, le nouveau joueur de Lyon nous a habitués à mieux. Radradra a marqué les esprits notamment en étant coupable de l’en-avant pouvant offrir la victoire face au pays de Galles, et potentiellement la première place du groupe. Peu de bonnes choses sont à retenir de sa Coupe du monde. Des mauvaises performances qui lui ont valu la perte de sa place de titulaire.

Paolo Garbisi

Paolo Garbisi lors de la lourde défaite de l'Italie face aux Bleus
Paolo Garbisi lors de la lourde défaite de l'Italie face aux Bleus Icon Sport - Icon Sport

Notre dernier flop n'est nul autre que l’Italien Paolo Garbisi. L’ouvreur ou centre du MHR n’a pas affiché son meilleur niveau dans cette phase de poules. On avait de grosses attentes pour un joueur de son standing, mais il n’a pas été au rendez-vous. Mauvais dans ses prises d’initiatives et dans sa gestion du jeu, le joueur montpelliérain n’a pas répondu présent dans les gros matchs. Avoir été baladé d’ouvreur à centre ne lui a pas facilité la tâche, mais nous pouvons tout de même remettre en question sa capacité d'adaptation dans cette Coupe du monde.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (5)
JiaimeP Il y a 4 mois Le 11/10/2023 à 05:42

Tellement d'accord et tellement déçu par Garbisi, nul de chez nul en défense. J'étais à Roma la semaine de leur match contre les NZ (le seul retransmis sur la RAI2). Ça m'a désolé de le voir se faire trouer à chaque fois.

D'accord pour mettre Martins dans le top. Celui-là ne peut rester en Pro-D2.

en1515 Il y a 4 mois Le 11/10/2023 à 04:45

Martins est tellement fort qu'il invente un poste : deuxième ligne aile

JiaimeP Il y a 4 mois Le 11/10/2023 à 05:39

:)))

Matteo20 Il y a 4 mois Le 10/10/2023 à 19:52

Ah carter Gordon quel mauvais joueur

Lazarus Il y a 4 mois Le 10/10/2023 à 20:17

Dit le type qui n'a jamais touché un ballon de, rugby, installé au fond de son canapé....