• Champions Cup - Ethan Dumortier (Lyon) face aux Saracens.
    Champions Cup - Ethan Dumortier (Lyon) face aux Saracens. Icon Sport - PA Images

6 Nations 2023 - Ethan Dumortier : "L’objectif, c’est de bousculer les codes, mais pas de sauter les étapes"

Par Pablo Ordas
Le | Mis à jour

6 NATIONS 2023 - Auteur de huit essais depuis le début du championnat, le meilleur marqueur du Top 14, Ethan Dumortier, aimerait bien accrocher une première sélection pendant ce Tournoi des 6 Nations.

Ethan, au cours des séances, faites-vous attention au jeu des chasubles pendant ces premiers entraînements avec le XV de France ?

Non, ça n’a pas de sens particulier. L’objectif, c’est de faire travailler tous les joueurs à tous les postes pour que tout le monde puisse travailler les lancements, le système. Nous ne sommes pas tous avec la même couleur. Il y a deux équipes qui travaillent à tour de rôle l'attaque, puis la défense. Le but est que tout le monde puisse balayer la stratégie que l’on doit connaître pour ce 6 Nations.

Vous pourriez faire partie du groupe qui va jouer. Avez-vous des attentes en ce sens ?

Non, il n’y a pas d’attente en particulier. L’objectif est de préparer le groupe dans son entièreté pour le match. On attendra la semaine prochaine pour savoir qui a la chance de jouer ce match, qui a la chance d’être remplaçant et qui devra accompagner l’équipe.

Avec quelle ambition arrivez-vous dans ce XV de France ?

Je n’ai pas d’ambition particulière. L’objectif, pour moi, est de donner mon maximum et de voir jusqu’où ça m’amène pour ce premier match. Si j’ai la chance d’y participer, c’est bien. Sinon, ce sera un indicateur pour que je continue à travailler et que je m'améliore.

Est-ce une première satisfaction, avec la concurrence qu’il y a, de figurer parmi ces 42 ?

Bien sûr ! C’est une bonne chose de voir que je suis en concurrence avec ce qui se fait de mieux à mon poste dans le championnat français. C’est une réelle satisfaction de m’opposer à ces joueurs. Maintenant, l’objectif est de faire ce que je sais faire de mieux pour, peut-être, avoir la chance de gratter un match.

Avez-vous changé quelque chose dans votre quotidien, vos routines d'entraînement ?

Non, je n’ai rien changé de particulier. Je pense que j’ai mes qualités, mes défauts et l’objectif est de faire au mieux pour que ça me laisse une chance de potentiellement entrer dans le groupe.

Est-ce facile d’intégrer ce groupe ?

Oui, bien sûr. Il est très accueillant. Les plus anciens, ceux qui ont de l’expérience, sont très accueillants avec les jeunes joueurs comme moi.

Vous faites un gros début de saison. Gabin Villière est absent de ce rassemblement. Sentez-vous qu’il y a une place à prendre ?

Je ne sais pas si on peut parler de place à prendre. En tant que nouveau joueur, l’objectif, c’est clairement de bousculer les codes, mais pas de sauter les étapes. J’ai des qualités, j’essaye de faire le maximum pour apporter ma touche personnelle à ce groupe. Si ça le fait et que ça apporte quelque chose au groupe, j’aurais la chance de jouer un match. C’est comme ça que je le prends. Gabin Villière, qui manque grandement à ce groupe, est un joueur relativement différent de moi. Il a ses propres qualités, des choses que je n’ai peut-être pas forcément. J’ai d’autres qualités, elles sont différentes de lui. J’essaye donc d’apporter ma touche personnelle et de voir si ça colle avec l’équipe qui participera aux matchs du VI Nations.

Vous êtes le meilleur marqueur du Top 14. Il semble y avoir un petit alignement de planètes en votre faveur. Y êtes-vous sensible ?

On peut dire qu’il y a un alignement des planètes et que ça tombe bien. Ça m'a ouvert certaines portes, dont celle-là. Après, sur ce statut de meilleur marqueur, il faut aussi penser qu’il y a quinze joueurs sur le terrain et je le dois beaucoup à mon équipe de Lyon qui, offensivement, fait les choses pour me mettre dans les meilleures dispositions pour que je puisse marquer. C’est le rôle d’un ailier, celui d’un finisseur. Je n’ai pas marqué que des essais en solitaire en traversant tout le terrain. C’est un statut auquel je ne pense pas trop. Mais c’est sûr qu’il a pu, potentiellement, m’ouvrir quelques portes.