• Claude Atcher, après avoir été licencié du comité d'organisation de la Coupe du monde, s'exprime pour donner sa version.
    Claude Atcher, après avoir été licencié du comité d'organisation de la Coupe du monde, s'exprime pour donner sa version. Icon Sport - Baptiste Fernandez
  • Claude Atcher, après avoir été licencié du comité d'organisation de la Coupe du monde, s'exprime pour donner sa version.
    Claude Atcher, après avoir été licencié du comité d'organisation de la Coupe du monde, s'exprime pour donner sa version. Icon Sport - Icon Sport

Coupe du monde 2023 - Management brutal, harcèlement et bénéfices à la baisse : Claude Atcher se défend

Le | Mis à jour

L'actualité qui touche Claude Atcher est chargée. L'ancien directeur général du GIP France 2023, chargé d'organiser le prochain Mondial, a été licencié pour "des pratiques managériales brutales". Le comité a en effet été marqué par les affaires de harcèlement, mais ce n'est pas tout. L'enquête menée par le Parquet National Financier révèle également des irrégularités dans les comptes...  tout cela, Claude Atcher répond.

Son management brutal

Pour justifier le management "brutal" qui le caractérise et qui lui a valu son licenciement du comité d'organisation de la Coupe du monde 2023, Claude Atcher utilise plusieurs explications. D'abord, il y a celle de la pression financière qui émane du poids d'une compétition de la sorte. Selon lui, cela a amené à travailler de façon "exigeante" : "On est face à un énorme challenge ! Quand vous portez un budget de 800 millions, vous vous devez d’avoir un minimum d’autorité, de conduite des projets et d’encadrement des équipes pour atteindre les objectifs."

Aussi, il évoque l'écart de génération au sein du GIP : "La jeune génération sur laquelle nous nous sommes appuyés n’aborde pas la valeur travail comme nous avons pu le faire dans notre engagement professionnel ; elle témoigne de difficultés à se remettre en cause et présente enfin beaucoup de signes de détresse émotionnelle en cas d’opposition, en niant l’existence des problèmes et en accusant les autres. C’est plus facile que d’essayer de démêler les siens."

Les faits de harcèlement

La mise à pied puis le licenciement de Claude Atcher a été exécutée en raison de nombreux problèmes en interne. Plusieurs témoignages ont fait état de faits de harcèlement. Ce à quoi il répond : "Je me félicite de l’ouverture, encore annoncée par les médias la semaine dernière, de différentes enquêtes. Elles permettront de rétablir un semblant d’équilibre [...] Le seul élément grave que nous avions enregistré, c’est la plainte en interne émanant d’une collaboratrice du GIP. Elle dénonçait des faits constitutifs de harcèlement sexuel, qui ont été confirmés."

La gestion financière critique

L'enquête ouverte autour du GIP par le Parquet National Financier (PNF), qui s'intéresse à des soupçons de détournement de fonds publics et de favoritisme, révèle une somme de 28 millions d'euros qui avait été sous-estimée au rayon des dépenses. Quant aux promesses initiales qui annonçaient 200 millions d'euros de bénéfices, il s'agirait en réalité de 40 millions d'euros.

"Les comptes du GIP, certifiés sans réserve par les commissaires aux comptes, ont été approuvés en mars 2022 dans le cadre d’un conseil d’administration présidé par M.Jacques Rivoal et auquel participaient les représentants de l’Etat, détaille l'ancien président de Marseille-Vitrolles. Un nouveau Conseil d’administration s’est tenu le 16 juin 2022, le dernier auquel j’ai participé. Ce jour-là, après une revue budgétaire annuelle, le Conseil a validé à l’unanimité un résultat bénéficiaire prévisionnel de 68 millions d’euros."

"La baisse du résultat prévisionnel ne peut m’être imputée et la privatisation croissante de l’événement depuis mon départ, par le recours à des sociétés privées, pose questions quant à la baisse engendrée sur le résultat prévisionnel. Enfin, les comptes du GIP n’ont jamais été contestés pendant les quatre années durant lesquelles j’ai assuré la direction générale du GIP."

Retrouvez l'entretien en intégralité sur Midi-Olympique.fr