• Christophe Urios lors d'un match face au Racing 92 avec l'UBB.
    Christophe Urios lors d'un match face au Racing 92 avec l'UBB. Icon Sport - Icon Sport

Transferts - Christophe Urios revient sur son éviction de l'UBB : "Je l'ai forcément vécue comme un échec"

Le | Mis à jour

Démis de ses fonctions à l'Union Bordeaux-Bègles en novembre dernier, Christophe Urios va retrouver les terrains sous de nouvelles couleurs. Présenté ce jeudi comme le nouvel entraîneur de Clermont, l'ancien talonneur va donc remplacer Jono Gibbes. Après plusieurs semaines loin de la scène médiatique, Christophe Urios revient sur son éviction du club bordelais. 

Après son éviction de l'UBB, Christophe Urios est resté dans l'ombre durant plusieurs semaines avant de poster discrètement un message sur ses réseaux sociaux. "Je vis une situation inédite, pas forcément facile à vivre"​, assurait-il. ​​​Mais il est désormais bel et bien de retour ! Présenté ce jeudi comme le nouvel entraîneur de Clermont, Urios a pris le temps de répondre à toutes les questions et de mettre en lumière ses nouvelles ambitions avec le club auvergnat. Une prise de parole sur sa séparation avec l'UBB était attendue et l'ancien entraîneur bordelais s'est notamment exprimé chez nos confrères d'RMC Sport. 

Limogé pour la première fois de sa carrière, Christophe Urios explique : "Je l'ai forcément vécu comme un échec. Quand on te confie une mission et que tu ne vas pas au bout il y a une part de responsabilité. Je l'ai vécu comme un échec même si l'échec permet de progresser, rebondir et évoluer. Ce n'est pas un échec au sens négatif du terme."

Il faut s'adapter souvent et parfois tu arrives au clash

Celui qui remplace désormais Jono Gibbes à la tête de l'ASM évoque également un changement de pratique ayant touché le monde du rugby ces dernières années : "Jusqu'à présent le rugby était encore protégé. Évidemment il y avait des entraîneurs qui se faisaient débarquer mais ce n'était pas monnaie courante. C'est une évolution de notre métier qu'il faut prendre en compte. C’est un métier passionnant mais tu sais que tu n'as pas toutes les cartes en main et qu'il faut s'adapter souvent et puis parfois tu arrives au clash parce que ce n'est pas possible de continuer car tu n'arrives pas à garder ni le lien, ni l'énergie."