• Champions Cup - Le deuxième ligne de Montpellier et des Bleus Paul Willemse
    Champions Cup - Le deuxième ligne de Montpellier et des Bleus Paul Willemse Icon Sport - Icon Sport

Champions Cup - Paul Willemse (Montpellier) : "Cobus Reinach nous a remis dans l’urgence"

Le | Mis à jour

CHAMPIONS CUP - A demi-satisfait de ce match nul concédé au GGL Stadium, le deuxième ligne de Montpellier et des Bleus Paul Willemse reconnaît que l’entrée du demi de mêlée Cobus Reinach a été déterminante dans le réveil de son équipe, menée 21-0 à la 48ème minute…

Comment expliquez-vous ces deux visages montrés par le MHR en première et seconde mi-temps ?

La grande différence, c’est la vitesse. En deuxième mi-temps, on avait vraiment plus de vitesse avec le ballon. Et sur ce plan, l’entrée de Cobus (Reinach, ndlr.) a été déterminante. Il a mis de la vitesse dans les rucks, il a éjecté rapidement, il nous a mis, nous, les avants, en urgence. Du coup tout le monde s’est réveillé, on a commencé à réagir. Les autres remplaçants ont aussi apporté toute leur énergie et ça a changé le match. Mais ce n’est pas normal que l’on démarre une rencontre comme ça.

Les London Irish vous ont également posé des problèmes…

Ils ont été très bons en défense oui, ils faisaient de bons plaquages à deux qui stoppaient tous nos porteurs de balle. Du coup on ne gagnait pas la ligne d’avantage, les rucks étaient longs et on n'arrivait pas à créer des déséquilibres.

Montpellier loupe la remontée du week-end et termine sur un match nul face aux London Irish ! \ud83d\ude31

Le film du match > https://t.co/h0kloZr9d4#MONvLON pic.twitter.com/lK6arHh3Bw

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) January 22, 2023

Philippe Saint-André nous disait qu’il vous trouvait fatigués en première mi-temps, alors qu’en seconde vous avez fait des actions de 80 mètres…

Oui, on était très frustrés de cette première mi-temps, car rien ne marchait. On ne dominait pas les collisions, les rucks étaient longs, on recule… Eux en face, ils jouaient large-large, et on est tombé dans leur piège en voulant leur montrer qu’on pouvait faire comme eux, alors que ce n’est pas notre jeu. Résultat, on écartait les ballons sans avoir trouvé de l’avancée. Cela ne pouvait pas marcher. En deuxième mi-temps, on a montré de quoi on était vraiment capables. Et encore une fois, Cobus a fait une super entrée. Il a donné beaucoup d’énergie à tout le monde. C’est ça les demis de mêlée, et c’est pour ça qu’il est international : il peut changer le cours d’une rencontre à lui tout seul.

Qu’avez-vous pensé de votre performance, juste avant de rejoindre les Bleus ?

Si on prend les quatre dernières semaines, je suis content. J’ai bien progressé, j’ai pu travailler les petites choses. J’ai eu des échanges avec le staff du XV de France après chaque match, et on déterminait à chaque fois ce que je devais améliorer. Certes j’ai marqué des essais mais je savais que ça ne voulait pas dire que je faisais des bons matchs ! La semaine prochaine me permettra de progresser encore. Le plus important pour moi, après une grave blessure au genou, était de retrouver la compétition et d’enchaîner les rencontres. J’ai pu le faire et j’en suis très heureux.