• Anthony Jelonch a été auteur de 14 plaquages face au Munster.
    Anthony Jelonch a été auteur de 14 plaquages face au Munster. Icon Sport

Champions Cup - Jelonch-Willis, les sécateurs étaient de sortie pour Toulouse face au Munster

Le

Ce dimanche après-midi, le Stade toulousain s'est imposé 20-16 face au Munster pour signer une quatrième victoire en autant de sorties en Champions Cup. Lors de cette rencontre, deux joueurs ont impréssionné par leur activité défensive : Anthony Jelonch et Jack Willis. Les deux hommes ont formé un duo d'enfer. 

À vrai dire, au moment de s'installer en tribune de presse, on pouvait se demander si ce n'était pas préférable d'être sur le terrain pour se réchauffer. Et puis quelques minutes après le coup d'envoi de ce Toulouse-Munster, la réalité a refait son apparition : nous étions bien mieux tout en haut des tribunes du stade Ernest-Wallon que dans le rectangle vert.

Pourquoi ? Car devant nos yeux, au beau milieu d'une guerre de tranchées, deux "blondinets" plaquaient tout ce qui bougeait. Et ce sont les avants du Munster qui en ont fait les frais. Vous l'aurez compris, nous évoquons ici Anthony Jelonch et Jack Willis. Titulaires tous les deux sur les ailes de la troisième ligne haut-garonnaise, ils ont impréssionné par leur activité et leur faculté à faire reculer les assauts irlandais, impuissants face à la sévérité de leurs impacts. Le Français a terminé la rencontre avec 14 plaquages (meilleur total stadiste), 13 pour l'Anglais.

Nous vient notamment une séquence défensive toulousaine, durant laquelle Willis, Jelonch, mais également Arnold et Meafou ont distribué les caramels, faisant perdre la balle à leurs adversaires. 

À l'issue de la rencontre, Ugo Mola se satisfaisait forcément des interventions de ses sécateurs : "Anthony et Jack nous ont fait énormément de bien sur certaines actions, mais je veux également cité "Manny" Meafou, qui ne s'est pas enlevé comme à son habitude. On avait besoin de cette férocité face à ce Munster-là."

Une grande importance dans les airs, aussi

N'allez pas croire que Jack Willis et Anthony Jelonch ont passé leur temps à baisser la tête pour faire tomber leurs adversaires. Ils ont démontré toute leur palette technique.

Les deux hommes ont souvent été utilisés en touche, avec une franche réussite. Ils offrent une magnifique alternative à Richie Arnold et Alexandre Roumat. Ce dernier a d'ailleurs été dans l'ombre de ses deux coéquipiers. Il a été remplacé dès la 50ème minute, c'est alors Jelonch qui a terminé la rencontre. 

Depuis son arrivée au coeur du mois de novembre, Jack Willis impressionne par son activité et sa faculté à pourrir les rucks adverses. Ce dimanche, il a également su prendre le relais de Julien Marchand au grattage.

Avec le retour de François Cros, le Stade toulousain a désormais une cartouche internationale supplémentaire pour faire mal à ses adversaires. Ça promet pour la suite.