• Mohamed Haouas se défend des accusations dont il fait l'objet.
    Mohamed Haouas se défend des accusations dont il fait l'objet. Icon Sport - Alexandre Dimou

"On a sali mon image, on me fait passer pour un voyou" : Mohamed Haouas (Montpellier) se défend

Le | Mis à jour

FAITS DIVERS - Le pilier de Montpellier a accepté de se confier sur son actualité judiciaire, avec son procès reporté au 12 mai, et sportive, puisqu'il rejoindra l'ASM à l'issue de la saison.

C'est auprès de nos confrères de l'Equipe que Mohamed Haouas a accepté de donner sa version des faits. Le pilier droit de Montpellier évoque le procès qui devait avoir lieu vendredi 13 janvier, et qui a été reporté en raison de son absence (le joueur était avec le groupe héraultais au pays de Galles avant le match contre les Ospreys). Les faits qui lui sont reprochés datent du 1er janvier 2014 et sont "violences aggravées" et "destruction de matériel en réunion".

  • Sa version des faits

Il explique passer "une bonne soirée pour le jour de l'An avec plein de copines et de copains". Jusqu'à ce que deux filles mineures n'arrivent dans la boulangerie où la bande se restaure. Là, une bagarre éclate initiée par le père de l'une des mineures : "Elles se sont fait gentiment draguer. Mais vu qu'une des deux était avec son père, un grand costaud du monde de la nuit, elle a insulté le mec qui s'est pris la tête avec elle. Rien de grave. C'était une petite embrouille. Mais son père, quand il a vu ça, à l'intérieur, derrière la vitre, est sorti de la boulangerie. Il m'a mis une patate dans la tête alors que j'étais tranquille à un mètre de là."

À partir de là, la situation dégénère. "Je suis allé pour lui rentrer dedans et là, il a sorti un pistolet. Il a tiré à plusieurs reprises. Le mec a voulu me tuer." L'international français (28 ans, 15 sélections) dit se défendre avec une chaise en rentrant à l'intérieur avant d'attendre l'arrivée de la police.

Je n'ai jamais triché

S'il n'a pas assisté au procès prévu ce vendredi, c'est parce que son club de Montpellier avait besoin de lui pour affronter les Ospreys ("il y avait trois joueurs blessés à mon poste") et son avocat lui a assuré que ce ne serait nécessaire. "Le 12 mai (date du report) je serai au tribunal bien sûr."

  • Sa condamnation en février dernier

Mohamed Haouas revient également sur sa condamnation du 4 février 2022 (18 mois de prison avec sursis et 15 000€ d'amendes) pour des faits de cambriolages datant de 2014 : "J'ai été condamné mais ils (les policiers) ne m'ont jamais attrapé sur le lieu. Quand ils sont venus chez moi, ils n'ont rien trouvé, si ce n'est une lampe frontale avec mon ADN. Mais moi, je ne voulais pas dénoncer la personne concernée. Je pensais qu'elle allait le faire d'elle-même, ça n'a pas été le cas."

"On a sali mon image et on me fait passer pour un voyou et un criminel, ce que je ne suis pas. Ce sont des histoires qui datent d'il y a dix ans. J'ai fait des bêtises dans ma vie, je ne vais pas vous dire le contraire. Je n'ai pourtant jamais triché."

  • Son départ à Clermont

Top 14 - Mohamed Haouas célèbre avec Bastien Chalureau le Bouclier de Brennus remporté par le MHR
Top 14 - Mohamed Haouas célèbre avec Bastien Chalureau le Bouclier de Brennus remporté par le MHR Icon Sport - Hugo Pfeiffer

Le joueur formé à Montpellier va quitter son club à l'issue de la saison pour rejoindre l'ASM. À ce sujet, il se dit déçu : "J'aurais aimé rester. C'est mon club formateur et c'est la ville que j'aime. J'avais signé un contrat à Montpellier voilà quelques années avant que je devienne international. J'ai essayé de me demander une revalorisation mais ils (les dirigeants) n'ont pas voulu. Ça me fait mal au coeur de partir."