• Champions Cup - Frédéric Charrier (UBB)
    Champions Cup - Frédéric Charrier (UBB) Icon Sport - Icon Sport

Champions Cup - Frédéric Charrier (UBB) : "On a eu du mal à rivaliser physiquement"

Le | Mis à jour

CHAMPIONS CUP - Le co-entraîneur de l'UBB a ressenti l'infériorité physique de ses hommes sur la pelouse des Sharks de Durban samedi. La défaite 32 à 3 fait mal aux têtes, alors que la réception de Gloucester approche et fait office de dernière chance pour la qualification. 

Comment analyser cette défaite cinglante face aux Sharks ? 

Match compliqué avec une première mi-temps où on prend 22-0. On a eu du mal à rivaliser physiquement avec eux, on a eu des problèmes de conquête, on a été pénalisés. On fait une bonne entame de deuxième mi-temps qui nous permet de marquer des points mais au final, on perd à nouveau la deuxième mi-temps, donc ce fut un match compliqué.

L'écart physique entre les deux équipes entre les deux équipes s'est fait sentir. Est-ce inquiétant pour la suite ?  

Cette équipe des Sharks, quand elle est venue à Bordeaux, on l' dominée physiquement sur la première mi-temps. Après, ils ont réagi et on a fait jeu égal avec eux. Mais aujourd'hui, on savait qu'avec l'enchaînement des matchs ça allait être compliqué pour nous. C'est d'ailleurs pour cela qu'on a voulu mettre le plus de joueurs frais possible sur le terrain. Malgré tout, ça n'a pas suffi. On a subi face à une équipe des Sharks qui est quand même composée de beaucoup d'internationaux sud-africains. On est déçus par rapport à ça. 

Le fait d'avoir aligné des joueurs assez jeunes était-il un cadeau empoisonné ?

Vu l'enchaînement des matchs que l'on a... Quand tu te déplaces à La Rochelle, que tu reçois Montpellier et Bayonne et que derrière, tu te déplaces à Castres et au Stade français, on a besoin de tout l'effectif. Matthieu Jalibert est blessé donc Matéo Garcia rentre dans la course, on a Zack qui sera avec nous mais Matthieu va partir pour le Tournoi donc on a besoin de tout le monde. C'était l'opportunité d'intégrer des joueurs, comme en troisième ligne, où on a des joueurs blessés comme Willis ou Bochaton. C'était l'occasion de faire des rotations vu qu'on n'a pas pu le faire face à Montpellier et Bayonne. On ne peut pas se permettre de faire comme Toulouse a fait, c'est-à-dire d'envoyer une équipe bis à La Rochelle. On est en retard sur le championnat donc on a besoin de prendre des points partout. C'est la raison pour laquelle on a amené quelques rotations.