• Champions Cup - Romain Ntamack (Toulouse), face à Sale.
    Champions Cup - Romain Ntamack (Toulouse), face à Sale. Icon Sport - Icon Sport

Romain Ntamack (Toulouse) : "On n'a été qu'à 50% de ce que l'on peut faire"

Le | Mis à jour

A seulement 23 ans, l'ouvreur Romain Ntamack disputait déjà son centième match sous le maillot toulousain ce samedi à Sale. Malgré une première mi-temps très brouillonne de son équipe, les Rouge et Noir l'ont largement emporté (27-5) et ont validé leur billet pour la phase finale de Champions Cup. Mais cela ne satisfait pas totalement l'international français...  

Comment analysez-vous cette victoire en deux temps ?

On savait qu'on allait démarrer face au vent qui était assez fort. Donc il fallait qu'on tienne un peu plus le ballon mais des petites fautes nous ont empêchés de mettre notre jeu en place. Malgré tout, on a réussi à avoir quelques occasions en première mi-temps. Malheureusement, on n'a pas su les mettre au fond. C'est dommage parce qu'on avait largement la place pour faire mieux avant la pause. Mais nous n'étions pas affolés. On savait qu'on n'avait pas tout fait pour mener à la mi-temps. Nous sommes revenus ensuite avec les mêmes ambitions mais, avec le vent dans le dos, c'était quand même plus simple pour les bloquer chez et tenir davantage le ballon. Ce fut le cas.

Gagner 27-5 à l'extérieur, chez le deuxième du championnat anglais, cela doit tout de même être une vraie satisfaction ?

Oui, bien sûr. On aurait signé tout de suite avant le match. Mais on a un peu de regrets sur certaines actions parce qu'on avait largement le potentiel pour partir avec le bonus offensif d'ici. Nous sommes très heureux de la victoire mais, dans notre équipe, les joueurs veulent toujours faire mieux et plus. Il y a quelques petites choses à corriger pour la semaine prochaine. 

A lire aussi : Sale - Toulouse : les deux piliers de Sale s'assomment et sortent sur commotion dès la première action

Cela en dit peut-être long sur votre potentiel car vous n'avez pas fait le match que vous souhaitiez dans le contenu...

Je pense que, sur ce match, nous n'avons été qu'à 50 % de ce que l'on peut faire. On a la capacité de faire mieux chez le deuxième du championnat anglais qui nous promettait l'enfer. Au vu du match, sans manquer de respect à Sale, je pense qu'on n'a pas non plus forcé notre rugby. Nous sommes conscients qu'il y a beaucoup de choses à travailler pour aller plus loin. 

A l'image de de Julien Marchand ou Emmanuel Meafou, votre paquet d'avants a été impressionnant en deuxième mi-temps...

Oui, au-delà d'eux, beaucoup de joueurs se sont montrés efficaces aujourd'hui, notamment devant. Ils ont été excellents. On a des garçons de grande classe et, encore une fois, nous sommes contents de la victoire mais nous espérons faire mieux sur les prochains matchs.

En supériorité numérique pendant une heure, Toulouse fait le boulot et s'impose à Sale !

Le film du match > https://t.co/VHx1b2QNte#SHARKSST pic.twitter.com/bvr3HIVaa7

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) January 14, 2023

En deuxième mi-temps, vous avez davantage concentré vos adversaires autour des rucks. Avez-vous été trop pressés d'aller chercher les extérieurs avant la pause ?

C'est peut-être ça mais on avait bien analysé cette équipe à la vidéo. On savait qu'elle fermait fort en défense et qu'elle laissait pas mal d'espaces sur les extérieurs. Ils y étaient mais nous n'étions peut-être pas toujours positionnés comme il le fallait. Sale a bien défendu en première mi-temps, ce qui nous a empêchés de marquer. En deuxième mi-temps, on s'est fait des passes et on les a concentrés au milieu pour libérer des espaces. 

 

Le but, face au Munster dimanche prochain, sera-t-il de bien finir cette phase de poule pour avoir au maximum l'avantage du terrain sur les phases finales ?

C'était l'objectif, de s'imposer à Sale pour espérer recevoir lors des phases finales. Là, c'est chose faite mais il reste encore un gros morceau avec le Munster la semaine prochaine, qui va sûrement jouer sa qualification, voire une phase finale à domicile. Cela sera en quelque sorte une finale de cette poule, donc nous restons concentrés car le travail est loin d'être terminé.

Vous avez célébré votre centième match sous le maillot toulousain ce samedi. Qu'est-ce que cela représente pour l'enfant du club que vous êtes ?

Beaucoup de fierté. Je suis toujours très heureux, déjà de porter ce maillot, et de cette belle symbolique. Je suis content d'avoir franchi cette barre et j'ai encore beaucoup de matchs à jouer. Les copains m'ont fait le cadeau de gagner.

A lire aussi : Marchand roi du sol, Meafou surpuissant : le baromètre de Sale-Toulouse

Vous avez franchi cette barre des cent matchs à seulement 23 ans... 

C'est vrai, c'est arrivé vite. Cela signifie que j'ai réussi à enchaîner les matchs, année après année, et que je me sens toujours bien. Je suis déjà très content d'en être là aujourd'hui mais il y a encore beaucoup de choses à faire dans les années futures.