• Patrick Buisson, vice-président de la FFR, a été désigné le 6 janvier au poste de Président délégué. Cette nomination doit désormais être validée par une consultation auprès des clubs affiliés.
    Patrick Buisson, vice-président de la FFR, a été désigné le 6 janvier au poste de Président délégué. Cette nomination doit désormais être validée par une consultation auprès des clubs affiliés. Patrick Derewiany

FFR - Les modalités sont connues pour la consultation qui doit valider Patrick Buisson au poste de président délégué

Le | Mis à jour

Désigné vendredi dernier (6 janvier 2023) au poste de président délégué par le bureau fédéral, le vice-président de la FFR Patrick Buisson voit cette nomination soumise à l'approbation des clubs, via un référendum dont les modalités restaient à définir. C'est désormais chose faite.

Patrick Buisson, le vice-président de la FFR récemment désigné (6 janvier 2023) au poste de président délégué, sait désormais quelles seront les modalités du référendum qui devront valider (ou infirmer) cette nomination. Ce samedi, la FFR a fait savoir, par communiqué, les détails de l'organisation validée par le comité d'éthique. Trois points sont principalement à retenir: cette consultation durera 72 heures, du lundi 23 janvier à 12h00 au jeudi 26 janvier à 12h00 ; une pondération des votes issue de l’arrêté des effectifs au 31.12.2022 ; l’usage de la règle de majorité simple requise sans quorum.

C'est le deuxième point qui était particulièrement soumis au doute: entre un schéma simple (chaque club dispose d'une voix) et un schéma proportionnel, le comité d'éthique a donc opté pour la deuxième option. Et chaque club votant pèsera sur l'issue du scrutin proportionnellement à son nombre de licenciés.

 

"Favoriser l’expression du plus grand nombre de votants"

Dans le cadre de cette consultation, la FFR rappelle: "Afin de garantir un processus irréprochable dans cette désignation du Président-Délégué, le Bureau Fédéral a répondu favorablement aux exigences de Madame la Ministre demandant la consultation de l’avis des clubs dans ce choix. Le Bureau Fédéral de la FFR a ainsi confié la surveillance de cette consultation au CEDRF (Comité d'éthique du rugby français) afin de garantir des modalités réglementaires de ce référendum déployé par voie électronique et sécurisée par un tiers de confiance dûment mandaté de sorte à favoriser l’expression du plus grand nombre de votants."

Cette nomination et cette consultation font suite aux lourdes sanctions dont a écopé le président élu Bernard Laporte, dans le cadre du procès pour corruption dit "Altrad-Laporte". Il avait été alors contraint de se mettre en retrait de son poste et de laisser ses prérogatives à un président délégué. L'opposition Ovale ensemble, si elle a accepté cette issue sur recommandation ministérielle, n'a toutefois pas cessé de réclamer une démission collégiale du comité directeur pour l'organisation de nouvelles élections.