• Pro D2 - La joie des Agenais lors de la victoire à Vannes
    Pro D2 - La joie des Agenais lors de la victoire à Vannes Icon Sport - Icon Sport

Pro D2 - Comme prévu, Agen a amené Vannes dans le money-time

Par Mathieu Vich
Le | Mis à jour

Pro D2 - Après leur succès bonifié contre Rouen, les Agenais se rendaient à La Rabine où ils avaient été étrillés la saison dernière (46-3). Cette fois-ci, le plan mis en place par Bernard Goutta a été respecté à la lettre. Et ça a fait mouche.

Point noir l’an dernier, Agen a trouvé la recette pour s’imposer chez des « gros » cette saison. Il suffit de s’attarder sur les performances à l’extérieur depuis le début de la saison : cinq succès à Provence, Rouen, Biarritz, Mont-de-Marsan et Vannes. Hormis à Nevers dans un contexte difficile, le SUA a toujours ramené des points de ses déplacements. Statistique étonnante d’ailleurs : sur les 45 points engrangés, Agen en a pris 24 à l’extérieur. 

Les Agenais s'offrent un cinquième succès en déplacement cette saison !https://t.co/w4VpivTR3v

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) January 13, 2023

La Rabine n’a pas dérogé à la règle. "La priorité, ce sont nos matchs à domicile. À l’extérieur, nous voulons viser le bonus défensif. Si nous sommes dans les clous du bonus défensif en fin de match, c’est que nous avons réussi notre objectif d’amener l’adversaire dans le money-time. Et donc, nous pouvons gagner", explique Bernard Goutta. Une logique implacable. D’ailleurs, le manager savait que ce déplacement à Vannes allait être périlleux. "Ils n’ont pas de point faible. Sauf peut-être un. C’est sur celui-ci que l’on va appuyer." 

Finalement, le plan de jeu a été très clair : un jeu au pied d’occupation probant - quoique parfois mal maîtrisé -, une défense hermétique, et une volonté d’accélérer dès que Vannes a montré un signe de faiblesse. C’est d’ailleurs ainsi que les Agenais se sont retrouvés à 12-9 à la pause, malgré une domination bretonne assez nette en première mi-temps. "On a appris de notre première partie de saison", affirme le manager.

Le banc a fait la différence

Au contact au score, les Lot-et-Garonnais ont entamé la deuxième partie du plan en deuxième période. Celle de faire rentrer le banc, très costaud pour l’occasion. Et de reprendre, aussi, le dessus dans les zones de ruck.

Mené de six unités et bénéficiant de coups de pouce du destin (le drop sur la barre transversale de Camou, NDLR), le Sporting a alors installé le doute dans les esprits bretons. Ces derniers, n’arrivant pas à prendre le large, ont alors perdu le fil. 

Moment privilégié pour faire rentrer Sosene-Feagaï, Barrington, Erbani, Lokotui ou encore Jantjies. Le premier a marqué l’essai libérateur, le second a calé la mêlée, le troisième a régulé la touche, le Tongien a concassé la défense adverse, et le dernier a apporté ce qu’il pouvait apporter après deux semaines d’intégration.

Suffisant pour venir à bout d’une équipe de Vannes en proie au doute et qui n’aura finalement jamais su tuer le match. 

De son côté, Agen a réussi son pari. "Nous sommes en mode commando pour ces deux rencontres", avait prévenu lors de la trêve Bernard Goutta. Deux semaines plus tard, son commando est un succès. Place au prochain, lors d’un bloc décisif, où Agen ne se déplacera que deux fois… Ce sera à Grenoble et à Colomiers, où le SUA tentera d’éponger ses dettes de la phase aller.