• Top 14 - Grégory Patat (Bayonne) : "Je n’oublierai jamais Patrice Collazo. Il m’a appelé et tendu la main quand ça n’allait pas"
    Top 14 - Grégory Patat (Bayonne) : "Je n’oublierai jamais Patrice Collazo. Il m’a appelé et tendu la main quand ça n’allait pas" Icon Sport - Icon Sport

Top 14 - Grégory Patat (Bayonne) : "Je n’oublierai jamais Patrice Collazo. Il m’a tendu la main quand ça n’allait pas"

Par Rugbyrama.
Le | Mis à jour

TOP 14 - Alors que les Bayonnais se sont offert une place dans le top 6, Grégory Patat, manager du club basque, s'est livré dans les colonnes du Midi Olympique. Celui qui n'avait jamais été manager d'un club de Top 14 avant de se retrouver à la tête de l'Aviron a amené son équipe du statut de promu à celui de prétendant à la phase finale. Retour sur son parcours. 

Grégory Patat a passé une grande partie de sa vie rugbystique à Auch. Après y avoir joué de 1994 à 2007, il devient entraîneur avec Julien Sarraute. Il découvre l'élite en 2018 avec le Stade rochelais. Alors que l'ancien troisième ligne est évincé de Perpignan, Patrice Collazo l'appelle pour intégrer un nouveau projet : "Je n’oublierai jamais Patrice. Il m’a appelé et tendu la main quand ça n’allait pas. Il n’y en a pas beaucoup qui le font. Son idée a été une puissance énorme pour La Rochelle : une vision sur 4 ans pour arriver vers le haut du Top 14, en y incluant les jeunes et un projet de jeu commun. Je n’ai pas eu peur de sortir de l’encadrement d’une équipe professionnelle. Je n’avais connu qu’un club et quasiment qu’un seul entraîneur. J’avais aussi fait l’essentiel de ma carrière en Pro D2. à travers ce projet et ce poste, j’ai pu découvrir le Top 14. Je me suis régalé. C’était magnifique, la connexion était réelle avec de nombreux jeunes qui ont pu démarrer une carrière professionnelle.", raconte Grégory Patat

Les aléas du rugby professionnel lui offrent la succession de Patrice Collazo deux ans plus tard. "J’ai aimé travaillé avec Jono Gibbes qui était sensible aux valeurs humaines. On s’entendait très bien et j’ai beaucoup appris techniquement à ses côtés. C’est un fin technicien qui était dans le partage. J’ai beaucoup grandi à ses côtés." Mais l’heure de la séparation arrive quand Ronan O’Gara est promu manager. Grégory Patat doit donc se confronter à une période de flottement avant d'intégrer le staff de l'Aviron bayonnais. 

"Je me sentais suffisamment armé pour rejoindre un projet dans cette fonction. C’était clair. Yannick a fait un énorme travail et il avait une autre expérience à son arrivée au club. C’est certain. Mais ma philosophie est de me comparer à personne. Il est certain qu’il y a des choses que je n’ai pas très bien fait lors de cette première intersaison, mais j’ai mon fil conducteur. Je sais où je veux aller, avec mes qualités et mes défauts. Je suis conscient que je ne suis pas le plus expérimenté des managers du Top 14, et donc il y a des choses que je ne maîtrise pas encore. Mais je reste moi-même et quand on veut faire passer un discours c’est le plus important. Si j’avais eu peur d’arriver dans un tel projet, il ne fallait pas venir." 

Retrouvez le portrait de Grégory Patat en intégralité sur midi-olympique.fr