Tales - XV de France Nouvelle Zélande - 9 novembre 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

XV de France, tests de novembre 2013 - Garder la tête froide pour ne pas perdre pied

Garder la tête froide pour ne pas perdre pied

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 11/11/2013 à 11:05 -
Par Rugbyrama - Le 11/11/2013 à 11:05
Le XV de France a concédé une défaite honorable (26-19) samedi face à la Nouvelle-Zélande qui l'a mis devant ses lacunes du moment: un manque de maîtrise dans la gestion du match et un jeu au pied inconstant.
  • L'IMPITOYABLE APPRENTISSAGE DU HAUT NIVEAU

"Il y a eu une panne de courant entre la 45e et la 60e minute où on manque clairement de maîtrise, avant un sursaut d'orgueil magnifique", a constaté, résigné, l'entraîneur des avants Yannick Bru. Cette "panne" au milieu d'un match globalement solide a permis aux All Blacks d'inscrire deux essais fatals. Les Français ont montré à ce moment-là un clair manque de lucidité dans la gestion du jeu, illustré notamment par les ballons rendus gratuitement au pied et les erreurs de replacement défensif qui ont amené les deux essais (46e, 66e). "Il y a eu un peu d'affolement. Il y a une touche qu'on perd à ce moment-là et qu'on ne doit jamais perdre. Il y a aussi la dernière mêlée du match, un talonnage à la main malheureux, des passes hasardeuses", énumère Bru. "On manque encore d'automatismes, de vécu de ce genre de situations".

"Pourtant, sur le dernier test (en juin), c'était pareil, soupire Rémi Tales. De la 50e à la 60e minute, on avait fait un peu les mêmes erreurs. Aujourd'hui, on a su rectifier le tir pour ne pas subir les vingt dernières minutes mais ça n'a pas suffit". Et pour cause. Plus d'un quart des 23 joueurs français comptaient moins de dix sélections (Slimani, Vahaamahina, Lauret, Talès, Fickou, Dulin), dont deux aux postes stratégiques d'ouvreur (Talès, 3 sélections) et d'arrière (Dulin, 8 sélections). A deux ans de la Coupe du monde, l'encadrement est assuré de la qualité de son groupe de 30 à 40 joueurs et entend désormais l'aguerrir. "Il nous manque l'habitude de ce genre de matches, vivre ces situations de surnombre, ces franchissements où il faut faire le geste juste alors qu'on est dans un moment de fatigue", insiste Yannick Bru.

  • UN JEU AU PIED INCONSTANT

Dans un premier quart d'heure "terrible de stress" dans le camp tricolore (Bru), les Français ont éprouvé les plus grandes peines pour écarter au pied la menace des All Blacks. Les dégagements de Rémi Talès n'ont pas trouvé des touches à longue distance, alors que Saint-André avait justifié en partie la titularisation du Castrais par la puissance de son coup de pied. "Le point fort de Rémi, c'est la longueur de son jeu au pied et il le démontre tous les week-ends en Top 14, a confirmé PSA. Mais au niveau international, tu as une seconde de moins pour taper donc en première mi-temps, je pense qu'il a trop assuré son jeu au pied". L'ouvreur confirme: "Je voulais surtout trouver les touches pour ne pas qu'on s'expose à des relances".

Mais les lacunes ne s'arrêtent pas là. Malgré une première association intéressante dans le jeu courant, lui et Parra n'ont également que trop rarement tenté de mettre leurs adversaires sur la défensive avec un jeu au pied de pression (chandelles). En deuxième période, exception faite de la "panne de courant", le jeu au pied a été plus varié, plus précis et plus efficace en raison notamment d'une plus grande implication des gauchers Morgan Parra et Brice Dulin. Reste que ce domaine, un des maux récurrents du XV de France, constituera sans aucun doute un des axes de travail des prochaines semaines. Son amélioration à moyen terme devrait aller de pair avec l'expérience acquise par ses joueurs, sachant que le réservoir français à ce poste n'offre pas de véritable alternative.

 
 

commentaires


  • rugtp6412/11/2013 17:38

    Les joueurs de l'EDF m'ont semblé perdu sur les turnovers à l'avantage des français. Je n'accuse pas PSA, je me doute qu'il a du privilégier l'organisation défensive cette semaine. Le probléme est plus récurrent de la France et de l'importance qu'accorde le rugby à l'équipe de France.

  • alex6750012/11/2013 15:01

    En fait, on a une grosse différence avec les Anglais sur ce sujet. On met la responsabilité du jeu sur le 10, alors que chez les Anglais, c'est le 9 qui se fait démolir si ça va pas. Le problème d'un 10 c'est que c'est souvent un peu une princesse donc ils supportent pas. Les 9 sont plus solides mentalement (mais cet avis n'engage que moi et mon experience personnelle...)

  • MrBrouks12/11/2013 12:07

    T'es dur.... il y en a des bon 10 en France, pas de la trempe des trois sus-nommés mais le problème c'est le temps de jeu... Ok Talés n'a pas le talent de ces trois là, mais des mecs comme FTD ou même Plisson prouvent tous les week end qu'ils sont incontournable en club, et on parle bien de 2 clubs du top6... Alors au lieu de toujours s’apitoyer sur notre sort, fixons nous une charnière, et restons y !!!! Farell, Paddy J, Priestland, sont loin de faire toujours des matches parfait, mais leur coach continuent de leur témoigner leur confiance. En France on ne sait pas faire ça, et c'est ici qu'il faut qu'on progresse.