Icon Sport

XV de France: Rémy Grosso (Castres), un bulldozer bientôt en Bleu?

Grosso, un bulldozer bientôt en Bleu?

Le 14/01/2015 à 17:09

Très performant depuis quelques semaines, l’ailier Rémy Grosso est l’homme en forme du Castres olympique. Un état de forme qui pourrait conduire l’ancien lyonnais tout droit vers l’équipe de France…

Discret en début de saison, Rémy Grosso est revenu sur le devant de la scène depuis quelques matchs. Très en forme, l’ailier castrais enchaîne les bonnes performances en ce début d’année 2015 avec le Castres olympique et semble de retour à son meilleur niveau. "Je n’ai pas forcément répondu aux attentes du staff en début de saison. Je n’étais pas au niveau que je voulais être. J’ai pris mon mal en patience et quand j’ai réussi à récupérer un peu de confiance, je me suis un peu retrouvé et j’ai à nouveau pris du plaisir sur le terrain", raconte l’ailier tarnais. "J’ai bossé avec ce que m’a proposé David Darricarrère. J’ai eu la dose de travail nécessaire pour me faire progresser. Cela m’a fait du bien pendant cette période. Je me suis focalisé sur les entraînements en essayant d’être concentré et d’apprendre un maximum. Depuis que je suis arrivé au CO, je me sens beaucoup mieux physiquement et techniquement. Sur cette période creuse, j’ai vraiment essayé de me resserrer sur ces points pour ne pas m’éparpiller".

Auteur de quatre essais lors des trois derniers matchs du CO face à Clermont, La Rochelle et le Stade français, le trois-quarts aile castrais semble avoir franchi un cap. Espoir du rugby français à son poste, Rémy Grosso apporte énormément par son impact physique, sa vitesse et sa gestuelle dans le contact. Souvent catalogué d’ailier fonceur, l’ancien lyonnais semble avoir élargi sa palette depuis son arrivée au Lévezou et avoir progressé notamment techniquement et dans le jeu sans ballon.

Un profil de puncheur qui plairait au staff de l'équipe de France

"J’ai pas mal appris sur l’appréhension du jeu. Le fait de se rendre disponible pour l’équipe et de ne pas rester campé sur mon aile. J’ai beaucoup travaillé sur cela pour avoir un lien plus important avec mon ouvreur ou mes centres. Cela n’a pas été simple parce qu’il a fallu que je travaille énormément physiquement. Cela demande des facultés physiques. J’ai aussi progressé techniquement. On fait beaucoup de skills. On fait beaucoup de jeux de passes. Pour ma part, cela m’a énormément servi", explique le joueur. "Je n’ai pas trop connu de méthodes d’entraînements mais les séances avec David Darricarrère sont très ludiques. On fait des exercices techniques qui sont très intéressants pour moi. Cela m’a vraiment permis de progresser. Ce ne sont jamais les mêmes et on ne fait pas des passes bêtes et méchantes pour faire de la passe. Au contraire, tout est bien intégré à une situation et cela reste très ludique. On prend vraiment plaisir à la faire. C’est vraiment une méthode dans laquelle je me sens bien".

Rémy Grosso prend le meilleur sur Jean-Pascal Barraque et va à l'essai

Rémy Grosso prend le meilleur sur Jean-Pascal Barraque et va à l'essaiIcon Sport

Un état de forme et un profil de puncher qui plairait notamment au staff de l’équipe de France selon la presse. Un trio PSA-Bru-Lagisquet qui annoncera la liste des trente joueurs convoqués pour le stage de préparation des Bleus pour le futur Tournoi des Six Nations ce jeudi. Interrogé à ce sujet, le joueur préfère rester calme pour le moment. "Pour l’instant, je ne sais pas trop quoi dire. Cela serait tout simplement énorme. Avoir la reconnaissance de la presse est toujours agréable mais concrètement, il n’y a rien du tout", avant d’avouer que "pour tout joueur de rugby, c'est le rêve. J’ai toujours rêvé de mon équipe nationale. J’étais fan de l’équipe de France quand j’étais jeune donc que ce soit une année de coupe du Monde ou une autre année, cela restera l’équipe de France. Une sélection marque à vie".

0
0