AFP

XV de France - Jeff Dubois: "On risque de prendre cher en Argentine..."

Dubois: "On risque de prendre cher en Argentine..."

Le 20/03/2016 à 18:18

XV DE FRANCE - Particulièrement déçu et frustré à l’issue de la défaite contre l’Angleterre (21-31), Jeff Dubois a pris un peu plus la mesure du chantier qui attend le XV de France. S’il veut rester optimiste, l’entraîneur des arrières tricolores redoute la tournée de juin en Argentine et appelle les joueurs français à travailler plus…

Jeff, quel est le sentiment qui l’emporte après une nouvelle défaite face à l'Angleterre (21-31) ? La frustration ?

JEFF DUBOIS: Je suis déçu (silence). Il faut quand même avouer la supériorité de l’équipe anglaise. On est encore un petit peu en retard même s’il y a pas mal de points positifs. On est en train de construire. On ne peut pas se réfugier derrière ça mais il faut rester optimisme. On croit tous en ce projet de jeu. On va y arriver !

Vous estimez être en retard sur quel(s) secteur(s) ?

J.D: C’est un peu tout. C’est toujours les mêmes soucis de calendrier qui vont revenir. On a du mal à travailler dans la continuité, pour bosser nos lancements. Là, on avait privilégié la fraicheur. C’est dur. Les gars enchaînent tous les matches, Top 14, 6 Nations… C’est toujours la même rengaine. C’est lourd. Je vais arrêter de dire qu’on n’a pas assez de temps. Mais on ne peut pas dire qu’ils ont triché. Ils se sont envoyés. Ils travaillent bien. Mais on sait très bien que dans trois semaines, les joueurs auront déjà tout oublié du projet de jeu.

Jeff Dubois surveille ses troupes

Jeff Dubois surveille ses troupesAFP

" Je veux rester optimiste même si j’aurais aimé que ça arrive plus vite. On s’aperçoit que ce n’est pas si facile que ça"

Mais vous saviez très bien qu’il serait très difficile de travailler dans la continuité. Et ce sera encore plus vrai lors de la prochaine tournée en Argentine (18 et 25 juin)…

J.D: On va partir avec un groupe différent. Il va falloir réexpliquer le projet de jeu (sourire). On risque de prendre cher en Argentine. Mais bon, on verra si on prend plus de jeunes. C’est vrai qu’il y a peu de continuité. C’est là où c’est dur. Mais j’y crois toujours. Je veux rester optimiste même si j’aurais aimé que ça arrive plus vite. On s’aperçoit que ce n’est pas si facile que ça. On parlait que les anciens sélectionneurs avaient pris quatre-vingt joueurs. On va peut-être en changer trente en juin et ça fera déjà soixante. Même si ce n’est pas de notre volonté, au moment des bilans, on dira : Guy Novès a utilisé 85 joueurs.

Vous dites que les joueurs ne trichent pas mais ne doivent-ils pas aussi se remettre en question quand on voit certains déchets techniques ?

J.D: Les joueurs doivent travailler plus (silence). Quand j’étais à l’école de rugby à Peyrehorade, on faisait 3 500 passes. C’est que de la répétition. Il faut que les gars comprennent qu’il y a encore plus de boulot à faire, des petits extras après les entraînements. Ça prend 5, 10 minutes. Ils ont besoin de références au plus haut niveau pour voir ce qu’il faut faire en plus. C’est un niveau totalement différent qu’en Top 14, notamment au niveau du rythme international. Il y a une marche à franchir pour les joueurs, pour le staff. Mais ça commence en club. On va essayer de travailler là-dessus pour s’améliorer techniquement sur la passe, sur le ruck, sur les ballons aériens, sur tous ces petits détails qui font qu’un jour on perd sur les ballons en air, un autre sur les avants qui ne sont pas bons... Il y a toujours un secteur qui est défaillant et on n’arrive pas à rebondir à côté. C’est frustrant parce qu’on a l’impression d’être au niveau des équipes qu’on a rencontré à l’exception de l’Angleterre que j’ai trouvé très pragmatique, efficace.

Guy Novès en discussion avec Jeff Dubois, entraîneur des trois-quarts du XV de France

Guy Novès en discussion avec Jeff Dubois, entraîneur des trois-quarts du XV de FranceIcon Sport

" Les joueurs doivent travailler plus. C’est que de la répétition, des petits extras après les entraînements"

Avec 7 essais inscrits, la France termine plus mauvaise attaque du Tournoi. Cela vous inspire quoi ?

J.D: Je ne retiens pas les essais marqués. On a des occasions près de la ligne où on doit marquer. On doit être l’équipe qui a le plus franchi. On a déjà une base même si on ne marque pas. Mais logiquement, on devrait arriver à marquer plus d’essais. J’ai envie d’être positif. Mais c’est normal qu’on termine à la cinquième place. Le bilan n’est pas satisfaisant. On est en train de construire un collectif mais on a besoin de fortes individualités au sein de ce collectif.

Yannick Bru et Jeff Dubois (XV de France) - 9 février 2016

Yannick Bru et Jeff Dubois (XV de France) - 9 février 2016Icon Sport

" Je ne crois pas à un jeu restrictif. Mais oui, j’aurais aimé que ça aille plus vite... "

L’obligation de résultats pour gagner en confiance pourrait-elle vous encourager à réduire légèrement vos ambitions de jeu ?

J.D: Et que ferait-on ? Que des chandelles ? Non ! Ce serait à l’encontre de l’esprit que l’on souhaite mettre en place. On ne dit pas non plus de tout jouer à la main mais ça prend du temps de mettre en place un projet de jeu. En juin, on sait déjà que ce sera compliqué mais pour la tournée de novembre, on aura des acquis. Enfin, j’espère qu’ils n’auront pas tout oublié. Mais vu ce qu’on rencontre (Samoa, Australie, Nouvelle-Zélande), il faudra très vite être dedans. Mais on l’a vu à la Coupe du monde, je ne crois pas à un jeu restrictif. Mais oui, j’aurais aimé que ça aille plus vite...

De notre envoyé spécial au Stade de France, Vincent PERE-LAHAILLE

0
0