AFP

XV DE FRANCE - Guy Novès va rencontrer Serge Simon... et on en saura plus sur son avenir

Novès va-t-il claquer la porte ? On pourrait être fixé ce lundi...
Par Rugbyrama

Le 12/12/2016 à 10:25

XV DE FRANCE - Le sélectionneur du XV de France rencontre ce lundi le vice-président de la FFR Serge Simon. Une rencontre décisive qui pourrait dicter l’avenir de l’ancien manager du Stade Toulousain à la tête des Bleus. Et si Guy Novès décidait de partir ?

"Je suis très attaché à ceux qui m'ont fait confiance pour représenter l'équipe de France, j'ai la reconnaissance du ventre. Si jamais les choses devaient changer, je réfléchirai à ce que je dois faire…" Les choses ont effectivement bien changé. Depuis neuf jours et l’élection de Bernard Laporte à la Présidence de la FFR, Guy Novès réfléchit et son silence - pesant et lourd de sens - suite à l’intronisation de "Bernie" en lieu et place de Pierre Camou pourrait changer le destin de l’ancien manager du Stade Toulousain aux commandes de l’équipe de France. Le 6 novembre dernier, donc, dans les colonnes du JDD, Guy Novès abandonnait cette confidence passée quasi inaperçue. Un aveu qui envisageait un départ du CNR de Marcoussis un an seulement après sa nomination au poste de sélectionneur pour relever le XV de France du désastre de la Coupe du monde 2015.

Bernard Laporte, nouveau président de la FFR, avec Serge Simon - Décembre 2016

Bernard Laporte, nouveau président de la FFR, avec Serge Simon - Décembre 2016AFP

Ce lundi, le rugby français saura sans doute si Bernard Laporte et Guy Novès ont véritablement un avenir lié. Les deux hommes devraient se croiser mais le manager des Bleus, accompagné de ses deux adjoints Jeff Dubois et Yannick Bru, rencontrera avant tout le vice-président Serge Simon. Si le clan Laporte, à commencer par le nouveau boss de la FFR en personne, multiplie les sorties médiatiques pour marteler que "sans l’ombre d’un doute, (Guy Novès) est aujourd’hui le meilleur entraîneur pour notre équipe nationale (et) fait un remarquable travail à la tête de l’équipe de France", certaines observations, parfaitement calculées et dosées, jettent un sérieux trouble sur la cohabitation Laporte-Novès. Par ailleurs, Midi Olympique annonce ce lundi que Serge Simon va endosser le rôle de futur manager des équipes de France. Nul doute que cela ne sera pas du goût de Novès.

Laporte veut des joueurs ouverts aux médias… Novès ne veut pas de représentants commerciaux du rugby

Lors de sa première prise de parole sur le site de la Fédération Française de Rugby, Bernard Laporte n’a pas manqué de nuancer les résultats du XV de France à l’issue des tests d’automne. Si le staff tricolore s’était félicité des progrès des joueurs, de leur état d’esprit et du projet de jeu assimilé, Laporte, lui, a surtout retenu les deux défaites contre l’Australie (23-25) et la Nouvelle-Zélande (19-24). "On ne peut pas se satisfaire… on ne peut pas se satisfaire de deux défaites à la maison", insistait-il le 3 décembre en secouant la tête. "Ce n’est pas vrai. Je ne serai pas le Président qui se satisfera de ça. On a des joueurs d’un niveau considérable et on se satisfait parce qu’on a perdu deux fois à la maison ? Je ne me satisferai jamais de ça". Si Guy Novès est un éternel insatisfait, comment a-t-il accueilli cette remarque qui remet d’une certaine manière en question son souci d’exigence ?

Vidéo - Lafond : "Connaissant Laporte, il y aura bientôt un coup de kärcher à la FFR"

03:16

D’autres déclarations mettent la pression sur l’actuel sélectionneur. Juste avant les élections à la Présidence de la FFR, Bernard Laporte avait ainsi reconnu : "Si l’équipe de France ne gagne plus de match, au bout d’un moment… Qu’est-ce qui s’est passé avec les quatre dernières années ? Au bout de deux ans, il aurait fallu changer. Ça veut pas dire que Philippe (Saint-André) est un mauvais entraîneur mais il aurait fallu et on ne l’a pas fait". Que faut-il comprendre ? Que Guy Novès, dont le bilan comptable pour sa première année (6 défaites, 4 victoires) est plus mauvais que celui de Saint-André, Lièvremont, Laporte, Skrela-Villepreux, pourrait être écarté en cas de contre-performances répétées lors du Tournoi des 6 Nations 2017 ? Avec trois déplacements, dont deux en Angleterre et en Irlande, Guy Novès aura en tout cas la pression des résultats dictés par son Président.

Novès pense déjà à l’après XV de France…

Autre sujet de désaccord profond entre les deux hommes, la communication autour du XV de France. Depuis sa nomination, Guy Novès a fortement diminué les obligations médias des Bleus qui sont isolés au CNR de Marcoussis pour se concentrer à 200% sur le rugby. Alors que des points presse quasi quotidiens étaient organisés, sans oublier le traditionnel rassemblement à l’aéroport d’Orly auquel avaient accès les journalistes, l’ouverture aux médias est devenue minimaliste. "Nous pensons que les joueurs de rugby ne sont pas des représentants commerciaux, mais des joueurs de rugby", expliquait le sélectionneur lors du dernier Tournoi des 6 Nations. "Il faut bien en prendre conscience". Sauf que Bernard Laporte, lui, regrette le quasi anonymat dans lequel est tombé le XV de France et que les seules têtes de gondole du rugby français soient aujourd’hui Christophe Dominici, Sébastien Chabal et Frédéric Michalak. Mais "Bernie" va même plus loin en soulignant que les auditeurs de son émission sur RMC ne connaissaient pas beaucoup Guilhem Guirado. Une remarque blessante et vive aussi bien pour son ancien talonneur au Rugby Club Toulonnais que pour celui qui l’a nommé capitaine du XV de France. Guy Novès aura sans doute du mal à pardonner cette sortie qui rabaisse le joueur qui symbolise à ses yeux le mieux les vertus qui lui sont chères.

Vidéo - Laporte : "Je ne veux pas que l’on empêche les joueurs de l’équipe de France de communiquer"

01:30

"Si j’arrive, je ne serai pas le Roi", avait lancé Bernard Laporte avant d’être élu. "Le plus important, c’est que l’équipe de France gagne, peu importe qui l’entraîne..." Ce lundi 12 décembre, elle pourrait ne plus être entrainée par Guy Novès, un homme d’honneur qui ne supportera vraisemblablement pas les jugements du Président Laporte sur les prestations de ses "élus". Trois jours avant la rencontre face aux All Blacks, le sélectionneur nous confiait son envie de retrouver ses racines une fois sa tâche au chevet du XV de France achevée : la formation des jeunes. Cette transmission qu’il a assuré pendant plus de vingt ans comme enseignant d’EPS au collège de Pibrac. Une page qu’il pourrait ouvrir plus vite que prévu.

Galthié, Delmas...

Alors, qui pour remplacer Novès si celui-ci quittait ses fonctions ? Bien sûr, le nom de Galthié revient avec beaucoup d'insistance. L'ancien demi de mêlée international avait lorgné le poste de sélectionneur en 2007, 2011 et 2015 sans jamais rafler la timbale. Toulon lui fait toujours des yeux doux mais Galthié rêve clairement des Bleus. Et Bernard Laporte est un vrai soutien de poids pour lui. Par ailleurs, Midi Olympique indique que si le staff devait évoluer dans l'urgence, Laporte pourrait faire appel à Jacques Delmas, avec qui il entretient une vraie relation de confiance. Bref, cette journée de lundi devrait être très riche en enseignements...

Vincent PERE-LAHAILLE, avec Clément MAZELLA

0
0