Philippe SAINT ANDRE Patrice LAGISQUET - 18.06.2013 - Entrainement du XV de France - Auckland - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

Troisième test-match, Nouvelle-Zélande-France - Bleus: Dernier coaching

Bleus: Dernier coaching

Par Midi Olympique
Dernière mise à jour Le 21/06/2013 à 10:56 -
Par Midi Olympique - Le 21/06/2013 à 10:56
Pour ce dernier match de la saison, le staff tricolore a privilégié ses joueurs les plus frais. De quoi augurer d'une gestion spécifique du banc des remplaçants...

La fraîcheur. Maître-mot de cette fin de tournée... C'est à son titre que des titulaires comme Maestri ou Domingo ont été considérablement ménagés cette semaine, malgré le doute entourant le pilier clermontois. "S'il est a 100% pour l'entrainement du capitaine, Thomas débutera, a ainsi prévenu PSA. Dans le cas contraire, c'est Vincent Debaty qui sera titulaire." Une politique de l'homme en forme qui permet ainsi aux Flanquart, Chouly, Claassen, Doussain, Andreu ou Dulin de retrouver (ou découvrir !) les galons de titulaires, tandis que les Samson ou Le Roux, "comme des serpillières" jusqu'à mercredi après avoir enchaîné deux matchs en cinq jours, ont été contraints de céder la leur (en sortant du groupe pour le premier, en s'asseyant sur le banc pour le second). C'est à cette aune, également, que Nyanga, après quarante feuilles de match cette saison, ne s'est pas vu offrir la chance de démarrer. "C'est le paradoxe du Top 14, déplorait jeudi Philippe Saint-André. Certains joueurs en sont à 40 feuilles tandis que d'autres ne comptent que 7 ou 8 titularisations..."

Entrée massive de la première ligne ?

Des joueurs auxquels, évidemment, il a été donné priorité pour ce dernier match de la saison. Avec un "dommage" collatéral, celui d'un coaching nécessairement adapté aux circonstances, notamment en première ligne. "Nous compterons, en deuxième mi-temps, sur la première ligne du Racing-Métro pour qu'elle apporte ses automatismes" nous expliquait ainsi Saint-André. Les repères travaillés en club par Szarzewski, Ducalcon et Ben Arous devant par là-même aider le dernier nommé pour sa première cape. "C'est vrai qu'être aligné à leurs côtés a quelque chose de rassurant, confirmait Eddy Ben Arous. Je ne demandais pas mieux." "Du coup, glissait PSA, sauf blessure, nous pourrions effectuer bien quelque chose qui n'arrive pas souvent au niveau international, à savoir le changement d'une première ligne entière."

Quant à la ligne des trois-quarts ? Si l'entrée de Bastareaud à la place de Fritz aux alentours de l'heure de jeu est à attendre, le reste du coaching sera beaucoup moins prévu. La faute au choix des sélectionneurs de ne pas céder à la tentation Fickou. "Gael aurait dû être remplaçant sur le premier test, et se trouve 25e sur celui-ci, expliquait PSA. C'était difficile de bouger la paire Fritz-Fofana... Il y a eu débat quant a sa place sur le banc, mais nous avons préféré partir avec une charnière complète." La faute, semble-t-il, au genou gauche de Rémi Tales, toujours un peu raide depuis son arrivée en Nouvelle-Zélande, et déterminant dans l'accessit de Lopez sur le banc.