Benjamin Kayser - 15.06.2013 - Nouvelle Zelande France - Test Match -Christchurch - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

Tournée Nouvelle-Zélande, Bleus - Benjamin Kayser: "Pas le droit de céder"

Kayser: "Pas le droit de céder"

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 19/06/2013 à 10:29 -
Par Midi Olympique - Le 19/06/2013 à 10:29
Le talonneur de l'ASMCA, Benjamin Kayser, devrait être titularisé pour la première fois de la tournée, samedi soir, à New Plymouth... Il réaffirme toute sa détermination a faire bonne figure pour ce dernier test.

Comment analysez-vous la dernière performance des All Blacks à Christchurch ?

Benjamin KAYSER : Par rapport au premier test à l'Eden Park, ils ont considérablement élevé leur niveau de jeu. Grosse défense, jeu au pied parfait, discipline irréprochable et technique individuelle aboutie : ils nous ont puni. Ce que réalise Aaron Cruden sur leur dernier essai est d'ailleurs magnifique. Quel off-load !

Comment espérer mieux, ce week-end à New Plymouth ?

B.K. : Nous devrons être plus précis dans tout ce que nous réalisons. A Christchurch, nous sommes parfois parvenus à les mettre en difficulté. Mais leur extraordinaire jeu au pied leur a toujours permis de nous repousser. A Christchurch, nous n'avons pas su concrétiser nos temps forts. L'instinct de tueur ? Oui, c'est un peu ce qui nous a manqué.

La sainte trouille vous habite-t-elle, avant ce dernier test ?

Icon Sport

B.K. : Oui. Si on n'avait pas peur d'en prendre quarante chaque fois que l'on joue les All Blacks, on en prendrait toujours quarante... Nous devons donc nous servir de cette saine peur pour nous remobiliser. Car c'est un challenge énorme, qui nous attend samedi.

Comment l'appréhendez-vous ?

B.K. : La série est d'ores et déjà perdue. Mais il ne faut pas raisonner ainsi. Nous avons une autre chance d'affronter la meilleure équipe du monde. Pour certains d'entre-nous, ce sera peut-être la dernière fois. Nous n'avons pas le droit de céder.

Qu'avez-vous appris, sur cette tournée ?

B.K. : Affronter les meilleurs nous a fait grandir. Venir ici m'a également permis de découvrir leur culture rugby. Les All Blacks sont la vitrine de la Nouvelle-Zélande. La pression sur leurs épaules est énorme.

Vous recevrez probablement la visite de votre entraineur Vern Cotter, à New Plymouth. Que représente-t-il pour vous ?

B.K. : Vern est l'homme qui m'a fait franchir un cap. Si je suis aujourd'hui en équipe de France, c'est beaucoup grâce à lui. J'ai fait des choix de carrière un peu farfelus, avant de croiser sa route. Lui m'a aussitôt fait confiance ; il m'a fait travailler tous les aspects de mon jeu. J'aimerai vraiment que nous lui offrions un titre, avant son départ pour l'Ecosse.

 
 

commentaires


  • lolovalie20/06/2013 17:35

    Ha tiens revoilà la théorie du complot des pauvres persécutés, Ben oui et "Clermont c'est le mensonge", pour reprendre les propos de ton gourou.

  • john363919/06/2013 21:01

    Mais tellement !! Je lui dois toute ma vie... Et à toi aussi....

  • Guest19/06/2013 20:11

    T'as l'air d'avoir la science infuse et d'être amoureux d'Armitage, donc on ne va pas épiloguer plus longtemps