Dusautoir - France Nouvelle Zélande - Juin 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

Tournée d'été 2013 - Nouvelle-Zélande-France (présentation) - Devoir de mémoire

Devoir de mémoire

Par Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/06/2013 à 09:22 -
Par Midi Olympique - Le 15/06/2013 à 09:22
Le XV de France défie les All Blacks à Christchurch (9h35) où l'émotion sera très forte après le séisme de 2011. Les Bleus, eux, n'y ont plus gagné depuis 1994.
 

L'équipe de France aura fort à faire samedi face à des Néo-Zélandais critiqués à l'issue du premier test et surmotivés pour leurs retrouvailles avec le public de Christchurch. Un match à double enjeu: émotionnel pour les Blacks, sportif pour les Bleus.

Icon Sport

Si les Bleus veulent ménager le suspense de cette tournée et s'offrir une finale explosive la semaine prochaine à New Plymouth, le test de samedi est décisif. Malheureusement, au regard des statistiques, les Français sont annoncés perdants car, historiquement, le second test est toujours le plus compliqué à négocier. De plus, le contexte du match sera lui aussi en défaveur des Tricolores. Christchurch, ville mythique du rugby néo-zélandais, ravagée par un terrible séisme en 2011, s'est vue priver de Mondial. Cela ne fait donc aucun doute que les Blacks auront à cœur de soigner leurs retrouvailles avec l'AMI Stadium, antre de la célèbre franchise des Crusaders.

Malgré cela, il y a cependant des raisons d'espérer à un nouvel exploit du XV de France en terres kiwies. Le temps désastreux pronostiqué pour la rencontre annonce d'ores et déjà une guerre impitoyable dans les rucks, secteur satisfaisant des deux derniers matchs côté français. Dans ces conditions, le retour de Nicolas Mas est aussi un motif d'espoir pour des Bleus malmenés en mêlée fermée lors du premier test. Les Tricolores devront également corriger les petites erreurs tactiques qu'ils ont commises lors de la rencontre initiale, qui offrirent quelques précieuses munitions aux All Blacks, qui furent néanmoins bousculés en première mi-temps.

ILS ONT DIT:

Ma'a Nonu, le trois-quarts centre emblématique du XV de la Fougère, étincelant lors du test d'Auckland, reconnaît avoir été impressionné par le niveau d'une équipe de France qu'il sait en reconstruction. "Nous ne savions pas grand chose de cette équipe, avant le premier test. Nous sommes désormais prévenus: les Français alignent leur meilleure équipe et le match à Christchurch sera une nouvelle fois très difficile. J'ai évidement été impressionné par leur combinaison au centre du terrain (Fofana-Fritz) et par leur numéro 8 (Louis Picamoles). Ils sont très physiques, font mal à l'impact et attaquent sans arrêt sans jamais faiblir C'est usant". Il sait désormais à quoi s'en tenir: "Mais cette fois-ci, l'effet de surprise ne jouera plus en leur faveur".

Yannick Bru, l’entraîneur des avants tricolores est tout a fait conscient de cette donnée. "On peut être sûr qu'ils voudront mettre tous les ingrédients pour entretenir la vitesse de leurs mouvements, et qu'ils seront plus performants pour casser la vitesse des nôtres. On s'attend à une lutte acharnée sur le combat dynamique, et tout simplement à une équipe néo-zélandaise qui aura bénéficié d'une semaine de travail supplémentaire".

LES EQUIPES

Icon Sport

Le staff du XV de France a procédé à cinq changements par rapport à l'équipe qui avait fait trembler les Blacks la semaine dernière. Le premier est simplement une modification de position, Maxime Médard prenant place à l'arrière et Yoann Huget glissant à l'aile. "On avait envie de revoir Maxime Médard en tant que 15", justifie Philippe Saint-André. A noter, le retour de Nicolas Mas sur le côté droit de la mêlée française. Christophe Samson lui aussi revient dans le XV de départ à la place de Sébastien Vahaamahina. Bernard Le Roux pourra aussi confirmer sa bonne prestation face aux Blues, puisqu'il fêtera sa première sélection internationale. Enfin, Frédéric Michalak prend la place de Camille Lopez à l'ouverture, auteur d'un premier test encourageant. À noter l'apparition des finalistes du Top 14, les Castrais Brice Dulin et Rémi Tales, ainsi que Mathieu Bastareaud, tous trois remplaçants.

Un seul changement est à signaler côté néo-zélandais. Sam Whitelock, le deuxième ligne (2,03m ; 116 kg), sacré champion du Monde en 2011 et réputé puissant en mêlée fermée, remplace le jeune Brodie Retallick, afin de soutenir son pilier Wyatt Crockett qui livrera un duel décisif face au redouté Nicolas Mas. Enfin, attention aux retours des vétérans champions du Monde Tony Woodcock et Piri Weepu sur le banc, qui pourraient apporter leur grande expérience du haut niveau en fin de match et ainsi faire basculer la rencontre.    

LA STAT: 81

Comme le pourcentage de victoires des All Blacks à Christchurch. Sur 48 matchs disputés sur la pelouse du Lancaster Park, les Néo-zélandais n'ont concédé que 9 défaites, s'imposant donc 39 reprises. Motif d'espoir, la France était la dernière équipe à venir s'imposer dans cette enceinte... c'était en 1994.

 
 

commentaires


  • provence8315/06/2013 15:53

    et à tout ça, tu rajoutes et un ballon qui ne tourne pas rond

  • Rugby1215/06/2013 11:26

    Gros gros manque de fraîcheur mentale, physiquement on y est pourtant. J'ai peur que ça continue en déclinant pour le prochain match. J’espère aussi revoir Doussain et Lopez pour le dernier match.

  • Ovalie3415/06/2013 11:19

    médard 0, michalak pas 10 mais 9, machenaud trop long. psa sans intelligence.