XV de France

Tests de novembre, France-Tonga - Brice Dulin: "Nous n’avons pas le droit à l’erreur"


Par Fabien Pomiès via Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/11/2013 à 15:17 -
Par Fabien Pomiès via Midi Olympique - Le 15/11/2013 à 15:17
Dulin: "Nous n’avons pas le droit à l’erreur"A l’exception du poste de talonneur où Dimitri Szarzewski remplace Benjamin Kayser, le sélectionneur Philippe Saint-André a décidé de reconduire la même colonne vertébrale que face aux Blacks. A l’arrière Brice Dulin est de nouveau titulaire. Il savoure, mais sait aussi qu’il doit gommer quelques déchets aperçus samedi dernier.
 

Avoir été conforté à votre poste d’arrière est-il un gage de confiance et de sécurité pour l’avenir ?

Brice DULIN: Non car la moindre performance mitigée peut amener à laisser sa place. Face à la Nouvelle-Zélande, je garde encore en mémoire cette chandelle ratée qui permet aux Blacks de marquer. Si on veut perdurer et continuer à être performant lors de chaque match, on se doit de retirer ce genre de déchet. C’est un mauvais choix de ma part. J’en ai bien conscience surtout depuis que j’ai revu la vidéo.

Ressentez-vous davantage de pression pour ce deuxième test-match après la défaite face à la Nouvelle-Zélande ?

B.D.: Il nous fallait déjà une victoire la semaine dernière, il nous la faut encore plus ce week-end. Nous respectons évidemment le Tonga, mais cette équipe est considérée comme une nation un peu plus faible dans la hiérarchie mondiale. A nous de faire ce qu’il faut pour l’emporter et ne pas tomber dans un match piège. Nous n’avons pas forcément le droit à l’erreur. Les Tonguiens vont proposer beaucoup d’engagement, il ne faudra pas être surpris. Si ils nous agressent physiquement sans réagir dans ce secteur, on risque de sombrer. C’est pourquoi nous devrons être prêts pour répondre au combat.

La composition de l’équipe fait une large place aux joueurs dont les qualités de vitesse sont affirmées. Est-ce à dire que l’équipe de France cherchera à contourner le défi individuel ?

B.D.: Disons que si on compte sur moi pour les défier, ça va être difficile (rires). C’est une équipe solide, peut-être faudra-t-il essayer de jouer dans les espaces libres. Mais, cela passera avant-tout par une concentration extrême. Il faudra être très lucide dans nos choix pour avancer sereinement, sans qu’on se fasse fracasser par leurs plaquages.

Mais n’allez-vous pas chercher à déplacer le jeu sur les extérieurs ?

B.D.: Oui et non. Nous n’échapperons pas au défi physique pour dans un premier temps leur montrer qu’on est présent sur ce secteur. Ensuite, notre jeu prendra forme au fur et à mesure. Si nous ne répondons présent dans le combat, cela les mettra en confiance. Et inversement, nous serons en danger.

Le jeu au pied de pression peut-il être une solution pour contourner le défi ?

B.D.: En début de match, les choix tactiques seront très primordiaux. L’idée sera peut-être d’aller jouer dans le camp pour ne pas s’exposer. Mais, si nous voulons aller au bout de notre démarche, nous serons contraint aussi de prendre quelques risques. Ce sera à nous de faire les bons choix en fonction du déroulement du match.

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×