XV de France

Mas impatient d'en découdre avec la mêlée des Samoans

Le pilier droit du XV de France, Nicolas Mas, considéré comme l'un des meilleurs à son poste au monde, a bien sûr observé la démonstration de la mêlée fermée des Samoa lors du succès ilien au pays de Galles le week-end passé. Du coup, il lui tarde de s'y frotter samedi au Stade de France...

 
Mas impatient d'en découdre avec la mêlée des Samoans - Rugby - XV de FranceIcon Sport
 

Nicolas Mas est un homme de peu de mot. Un discret. Pas vraiment le genre à claironner, ni à fanfaronner après les deux succès acquis par les Bleus face à l'Australie et l'Argentine. Au contraire. L'humilité est son crédo. Et lorsque le pilier du XV de France s'exprime, il le fait avec toute la mesure qui le caractérise. Seulement, à l'évocation du défi qui attend le XV de France samedi soir au Stade de France, il se veut un peu plus volubile. A un confrère qui lui soumet l'idée que la prochaine rencontre se jouera peut-être face à l'équipe la plus faible de cette tournée de novembre, il rétorque que : "C'est une erreur." Et de détailler : "C'est une équipe impressionnante avec des physiques hors-normes et maintenant, ils savent mettre de la stratégie dans leur jeu."

"Ils ont été impressionnants"

Surtout, le pilier de l'Usap, après avoir visionné les images de la rencontre de vendredi dernier entre les Samoans et les Gallois, a pris conscience du défi qui attend la mêlée tricolore. Les Iliens ont tout simplement concassé leur adversaire dans le sillage d'un axe droit qui a vu les frères Johnston broyer l'édifice gallois, au point de récuperer cinq pénalités. Certes, il n'a pas retenu le nom du gaucher qui lui fera face, mais il a très vite compris à qui il allait avoir à faire samedi soir sur la pelouse du Stade de France. Lorsque la question lui a été posée, il a d'abord longuement soufflé comme pour mieux signifier à ses interlocuteurs que la première ligne samoane était de celle qu'il était impératif de prendre au sérieux. De respecter. "La mêlée n'a pas toujours été un de leurs points forts, mais ils ont énormément progressé. Ils ont été impressionnants." Et d'ajouter: "Avant, leurs piliers étaient puissants, désormais, ils sont aussi techniques." Et pour cause. Census Johnston, par exemple, a été élevé aux mamelles du Top 14, d'autres évoluent en Angleterre. Ce qui rend la tâche aujourd'hui plus délicate.

Evidemment, pour se tester, "encore faudra-il qu'il y ait plus de mêlées que samedi dernier", souligne avec un sourire malicieux Nicolas Mas. Face à l'Argentine, la première mêlée de la rencontre s'est en effet déroulée à la 38e minute de la rencontre. Pas sûr que cette fois-ci, le pilier tricolore ait autant de patience pour jauger la mêlée samoane...

 - Rugbyrama
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |