Szarzewski - France Samoa - 21 novembre 2009 - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

Jamais deux sans trois ?

Jamais deux sans trois ?

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 24/11/2012 à 10:43 -
Par Rugbyrama - Le 24/11/2012 à 10:43
Ce samedi, au Stade de France, le XV de France affronte pour la troisième fois les Samoa. Lors de deux premières rencontres, les Bleus ont dominé les Iliens.

France-Samoa (21 novembre 2009): 43-5

Au Stade de France, en cette fin novembre, il n’y a pas eu réellement match entre la France et les Samoa. Les Bleus, en grande confiance après leur succès probant une semaine plus tôt face à l’Afrique du Sud à Toulouse où la mêlée tricolore avait notamment rayonné, ont bouclé l’affaire en moins d’un quart d’heure de jeu. Le temps de plonger à trois reprises (Szarzewski, Clerc et Jauzion) dans l’en-but des Iliens, totalement dépassés par le rythme imposé par les coéquipiers de Marconnet, capitaine pour l’occasion. Séduisants dans le jeu et inspirés en attaque, les Français poursuivaient leur récital, bouclant un premier acte de qualité par un 33-0 sans appel, Benjamin Fall marquant son premier essai pour ses débuts sur la scène internationale. La suite fut beaucoup plus brouillonne, les Bleus souhaitant garder un maximum d’énergie avant de terminer les tests d’automne face à la Nouvelle-Zélande au Vélodrome de Marseille. Trinh-Duc y allait tout de même d’un doublé personnel, donnant un peu plus d’ampleur à une victoire qui ne souffrait d’aucune contestation. Les Samoans se sont avérés bien décevants et même loin des attentes placées en eux. Difficile donc pour le sélectionneur, Marc Lièvremont, d’en tirer des enseignements fiables.

Samoa-France (12 juin 1999): 22-39

Trois mois avant la Coupe du monde, le XV de France effectuait une tournée à l’autre bout du monde, dans l’hémisphère sud. Un bon moyen de se jauger et de se préparer dans l’optique du rendez-vous planétaire. Et de retrouver un minimum de confiance après un tournoi des 5 nations catastrophique, conclu à la dernière place. En guise de hors-d’œuvre, les Bleus se voyaient offrir les Samoa, un adversaire qu’il n’avait jamais rencontré et qu’il ne connaissait que très peu. Les coéquipiers de Raphaël Ibanez se rendirent très vite compte que la partie ne serait pas simple face à des joueurs au physique hors-norme, surpuissants et rugueux au possible. Devant une telle puissance, les Français ont connu des difficultés et perdirent lors de la première demi-heure Fabien Pelous et Xavier Garbajosa, touchés. Pire, les hommes du tandem Skrela-Villepreux étaient menés à la pause à Apia (16-12). Si Eric Artiguste, pour sa première et unique sélection, permit aux Bleus de repasser devant au tableau d’affichage en début de seconde période, la rencontre tomba dans la folie, avec une violence inouïe. Les Samoans multiplièrent les mauvais gestes et l’arbitre gallois, M.Thomas, n’eut d’autres recours que d’expulser définitivement, et coup sur coup, le centre Leaupepe et le talonneur Leota. Mais malgré leur supériorité numérique, les Tricolores n’en menaient pas large, faisant preuve d’indiscipline. L’écart de 17 unités au final fut même trompeur, le XV de France inscrivant deux essais par Dal Maso et Castaignède après l’issue du temps règlementaire. Les signes d’une tournée délicate. Les Bleus s’inclinèrent ensuite face aux Tonga (20-16) et furent humiliés en Nouvelle-Zélande (54-7).