Essai de Wesley FOFANA - france australie - 10 novembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

France - Argentine : On demande des essais

On demande des essais

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 17/11/2012 à 15:45 -
Par Rugbyrama - Le 17/11/2012 à 15:45
Depuis 2007, les Bleus n'ont pas marqué le moindre essai aux Pumas sur le sol français. Les deux derniers rendez-vous furent des modèles de fermeture.

Alors, combien d'essais ce soir entre la France et l'Argentine? On peut légitimement se poser la question car les deux derniers affrontements automnaux entre les deux nations ont débouché sur des matches particulièrement fermés. A Montpellier en 2010, les Bleus commandés par Thierry Dusautoir s'étaient contentés d'un petit 15-9. Ce jour-là, Aurélien Rougerie découvrait le poste de trois-quarts centre au niveau international et Damien Traille avait été placé à l'ouverture. Ce fut le genre de rencontre dont le scénario semblait écrit à l'avance, un duel écrasé par deux grosses défenses et rythmé par le mano a mano des buteurs (quatre pénalités de Parra plus un drop de Traille). Morgan Parra synthétisa dès le coup de sifflet final la substantifique moelle de ce match: "L'essentiel est assuré mais il y a une petite frustration parce que je pense qu'on avait la place pour mettre un peu plus de jeu, enchaîner. On a trouvé les brèches, on a percé mais on n'a pas pu rebondir derrière... La défense aujourd'hui nous a fait du bien. On tient là-dessus, on a récupéré pas mal de ballons."

2007, une victoire au goût d'exploit

Deux ans auparavant à Marseille sous la direction cette fois de Lionel Nallet, les Bleus avaient enduré le même genre de match pénible que l'humidité acheva de transformer en guerre de tranchées. Un succès 12 à 6 avec deux pénalités et un drop de David Skrela plus une pénalité de Benoit Baby. Peu d'événements forts dans ce match si ce n'est qu'il marquait les débuts internationaux de Maxime Médard à l'arrière et que pour caler la mêlée, Marc Lièvremont avait fait confiance à Benoit Lecouls, 30 ans, récompensé pour sa carrière de joueur de devoir. Les Pumas avaient joué leur rôle en piquant cinq ballons en touche et en pourrissant trois sorties de mêlées tricolores.

Cette victoire étriquée fut accueillie comme un quasi exploit puisqu'elle succédait aux deux défaites humiliantes du Mondial 2007. Les journalistes essayèrent de faire dire à Marc Lièvremont qu'il avait concocté un plan de jeu restrictif pour échapper au piège des Pumas. Mais il s'était tout de suite cabré: "Nous n'avons pas tenu de discours réducteur. Nous voulons trouver une identité de jeu, qui nous est propre, car on est persuadés que ce groupe a un formidable potentiel offensif. Mes joueurs ont été intelligents et pragmatiques, mais je rêvais d'un match plus abouti". Néanmoins, l'ailier de Clermont Julien Malzieu avait donné un aperçu de tout son potentiel offensif: "On aurait pu tenter un peu plus, mais le ballon était glissant. Après, on a joué petit bras. Pourtant, on n'avait pas de consignes particulières si ce n'est d'envoyer du jeu".