Dusautoir - France Afrique du Sud - 23 novembre 2013 - Icon Sport
 
XV de France

France-Afrique du Sud (10-19), analyse technique - Le pire ennemi des Bleus: eux-mêmes...

Le pire ennemi des Bleus ? Eux-mêmes...

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 24/11/2013 à 00:07 -
Par Clément Mazella - Le 24/11/2013 à 00:07
Auteur d'une entame ratée, le XV de France a été contraint de courir après le score. Préjudiciable devant une équipe aussi bien organisée que l'Afrique du Sud.
 

Le XV de France a payé au prix fort samedi sa fébrilité qui l'a lestée rapidement d'un retard au score qu'il n'a jamais réussi à combler face à une solide Afrique du Sud en clôture de sa tournée d'automne (19-10). Ce dernier test-match était destiné à rassurer les Bleus après une année terne. Mais au bout de deux minutes, les Bleus se sont retrouvés face à leur pire ennemi: eux-mêmes. Le tableau d'affichage du Stade de France affichait 7-0 après un essai opportuniste de JP Pietersen après un dégagement de Parra contré. Il n'en fallait pas plus à la deuxième nation au classement mondial, qui restait sur neuf victoires en onze matches, pour prendre confiance. Et aux Bleus pour perdre le fil.

Parra, entame ratée

Ils ont certes remis la main sur le ballon mais se sont montrés trop fébriles pour réussir à inquiéter les Boks, à l'image de Morgan Parra qui, après près de trois minutes d'attaque française, ratait une pénalité de 30 mètres face aux poteaux qui aurait ramené les Bleus à 7-3 (10e). Mais les Français se sont englués dans des approximations révélatrices de leur fébrilité. Damien Chouly, déjà auteur d'un en-avant évitable sous un coup de pied anodin, envoyait une "brique" qui a mis son arrière Brice Dulin et toute son équipe sous pression (18e).

Mêlée: la patte Pieter de Villiers

Les Bleus ont bien tenté de se rassurer sur leur point fort, à savoir la mêlée. En 2009 à Toulouse, ils avaient bâti leur succès sur ce secteur. Samedi, ils ont imposé ce défi aux Springboks en début de match avec quatre mêlées successives mais leur domination n'a pas été suffisante face à un adversaire entraîné depuis 2012 par l'ancien pilier français Pieter de Villiers. Menés 13-0, ils ont remis la main sur le match in extremis en fin de première mi-temps avec un essai de Yoann Huget (38e). Mais, face à un mur vert et un buteur comme Morné Steyn (11 points, 100%) dans le camp adverse, il était déjà trop tard...

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×