XV de France

Dopage - Philippe Saint-André: "Je n'ai jamais demandé à un joueur de prendre quelque chose"

Le sélectionneur du XV de France, Philippe Saint-André, s’est défendu après avoir été accusé "d’appel au dopage" par l’ancien international, Laurent Bénézech.

 
Saint-André: "Je n'ai jamais demandé à un joueur de prendre quelque chose" - Rugby - XV de FranceDPPI
 

Le sélectionneur du XV de France, Philippe Saint-André, est enfin sorti de sa réserve. Accusé par l’ancien international, Laurent Bénezech (46 ans ; 15 sélections), d’ «appel au dopage» dans un entretien accordé au quotidien Le Monde il y a plus d’un mois, l’homme fort des Bleus s’est défendu en assurant n'avoir "jamais demandé à un joueur de prendre quelque chose". "Cela fait 12 ans que j'entraîne. Pour moi, le rugby c'est un sport exceptionnel et on peut y arriver en buvant de l'eau et en étant clair", a déclaré, catégorique, Saint-André.

Bénézech avait notamment pris pour cible le sélectionneur tricolore lorsque celui-ci avait souligné que les joueurs devaient désormais tenir des temps de jeu effectifs supérieurs à quarante minutes en moyenne lors des matchs internationaux et que "seuls les éléments capables de tenir ces cadences pourront prétendre à jouer en équipe nationale". Agacé par ces propos, Saint-André a utilisé comme argument  les nouvelles règles de l'IRB concernant les mêlées écroulées. "Je pense que cette personne ne suit pas trop le rugby international. Le temps de jeu effectif des tests de novembre, c'était 43 minutes. Il faut ajouter cette nouvelle règle de la mêlée qui fait qu'il y aura beaucoup moins de mêlées écroulées et qu'on gagnera 6-7 minutes, on est à ces 50 minutes. C'est juste de la logique".

Saint-André: "On a été le premier sport où il y a eu des suivis longitudinaux"

Le sélectionneur national a déclaré qu’il se réservait le droit de donner une suite judiciaire aux déclarations et aux motivations de Bénézech. "On est en train de voir. On va sur un terrain dont je n'ai pas envie de parler car ce sera peut-être la loi qui ira plus loin. […] S'il a des preuves, il faut qu'il cite des noms. Il cite un nom, qui est le mien, et je n'ai jamais rien demandé aux joueurs... Sauf que les mecs dorment, qu'ils fassent attention à la récupération, qu'ils s'entraînent".

Sensible sur ce sujet qui frappe actuellement le monde du rugby, après notamment le rapport de l’AFLD et sa directrice Françoise Lasne, Philippe Saint-André a appelé à "faire attention" aux cas de dopage, "du fait que les joueurs jouent de plus en plus et que le temps de jeu effectif est de plus en plus élevé". "Nous, à l'époque, on jouait 18-20 minutes, maintenant on est à 40. Je crois que la Fédération et la Ligue ont anticipé cela. On a été le premier sport où il y a eu des suivis longitudinaux, où tous les joueurs de Top 14 ont deux-trois prises de sang dans l'année". Pas sûr que le débat sur le dopage dans le rugby soit clos.

 - Rugbyrama@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |