Nyanga - France Argentine - 17 novembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

France-Argentine (39-22): Vamos Francia !

Vamos Francia !

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/11/2012 à 00:33 -
Par Rugbyrama - Le 18/11/2012 à 00:33
Auteurs d'une première mi-temps étincelante, les Bleus ont prouvé face aux Argentins que la victoire contre l'Australie n'était pas un feu de paille. Le premier match de rugby de l'histoire du "grand stade" fut une réussite. Lille en redemande. Et nous avec !

On ne peut pas reprocher aux Bleus d'avoir démarré cette rencontre la fleur au fusil. En début de match, un beau mouvement avants/trois-quarts, sanctionné d'une faute argentine au sol, permettait ainsi à Michalak d'ouvrir le score (3-0). Sur l'action suivante, les Pumas ripostaient néanmoins. Et de quelle manière ! Au centre du terrain, à quarante mètres de l'en-but français, Nicolas Sanchez trompait Maxime Mermoz d'un crochet intérieur, ouvrait une brèche et Marcelo Bosch filait à l'essai. Après douze minutes de jeu, les Bleus étaient même menés 13 à 3 au terme de deux nouvelles pénalités de Sanchez ! Fin des débats ? Plutôt crever ! A la 19e, Brice Dulin amorçait une relance de ses vingt-deux mètres. Nicolas Mas, puis Maestri poursuivaient l'action. Michalak décalait alors Mermoz le long de la touche et celui-ci, d'un bras roulé inspiré, remettait la balle au centre du terrain. Clerc s'en saisissait au bond et marquait (10-13). Deux minutes plus tard, les Français remettaient le feu au Grand Stade. Sur un petit côté, Fritz choisissait de taper à suivre dans un deuxième rideau argentin vide de tout défenseur. Clerc s'en saisissait et aplatissait son deuxième essai de la soirée. Les Bleus repassaient devant au score (17-13) après vingt minutes de toute beauté. Le coup de rein de Yannick Nyanga ? Il intervint peu avant la mi-temps, moment que choisit le Toulousain pour s'échapper d'un maul pénétrant, prendre de vitesse Farias-Cabello et inscrire le troisième essai des Bleus (24-13).

Michalak, brillant

En début de deuxième mi-temps, le chassé-croisé Michalak/Sanchez se poursuivait. Après une action à dix temps de jeu des Pumas, les Français étaient logiquement sanctionnés par M. Walsh et le numéro 10 argentin réduisait le score (24-16). Michalak, soucieux de mettre le jeune ouvreur de l'UBB à sa botte, ripostait d'un drop majuscule une minute plus tard (27-16). Le rythme de la partie baissait alors d'intensité et quelques en-avant s'invitaient dans le chef d'oeuvre en cours. Sanchez et Michalak passaient deux nouvelles pénalités chacun. A 33-22, le suspens restait intact. Parra (entré en jeu à la 58e) et Michalak occupaient le terrain de façon parfaite, permettant à l'ouvreur des Bleus de faire définitivement le break par un nouveau tir aux buts (36-22). Les Pumas, accusant visiblement le coup, avaient alors un genou à terre. Agulla, victime d'un choc tête contre tête avec Mermoz, était même évacué du terrain. En fin de match, Frédéric Michalak, brillant samedi soir, achevait l'Argentine (39-22). Les Bleus quittaient le grand stade de la métropole lilloise sur un triomphe. Les coupeurs de tête samoans n'ont qu'à bien se tenir...