Icon Sport

Bleus: Toujours pas de charnière stable et un bilan chaotique

Bleus: Pas de charnière stable et un bilan chaotique
Par Rugbyrama

Le 23/06/2013 à 18:06

Un manque d’efficacité chronique, une charnière toujours pas définie et une année 2013 très négative: le XV de France a encore du pain sur la planche.

La tournée d’été du XV de France s’est soldée par trois revers en autant de rencontres. Celle-ci a mis en avant plusieurs constats d’échec dans le camp tricolore qu’il faut au plus vite gommer dans l’optique du Mondial 2015.

. Un manque flagrant d’efficacité

Un seul essai en quatre heures de jeu face aux All Blacks. Le constat est accablant. Les Bleus ne savent plus marquer. D’autant que la réalisation de Fofana est arrivée en tout début du premier test contre les Néo-Zélandais. Symptomatique du manque d’efficacité des Bleus, qui n’est pas nouveau. En effet, sur l’année 2013, le XV de France n’a inscrit que sept essais en huit rencontres. Rédhibitoire pour rivaliser face aux meilleures nations, qui elles font preuve d’un réalisme glacial (confer les deux contres lors du test de Christchurch). Et les Bleus, fanny lors de la déroute du deuxième test, n’avaient pas connu pareille situation depuis 1990. Pour autant, les hommes de Saint-André ont eu des occasions franches. La séquence de quatre minutes et 28 temps de jeu, toujours lors du deuxième test, en est le parfait exemple. Mais jamais la solution collective ne fut trouvée face à une défense néo-zélandaise exemplaire dans ses 22m. "On en a parlé", affirme Lagisquet. 22 points marqués en trois rencontres, c’est bien maigre.

. Des limites en lumière

La triple opposition face aux champions du monde a eu le mérite de souligner par contraste les lacunes d'un XV de France méritant mais manquant cruellement de maîtrise collective et individuelle. Encore en rodage - c'est leur début de saison - les All Blacks ont d'abord dominé les Français stratégiquement et techniquement, sans livrer de copies vraiment abouties. La déroute de Christchurch (30-0) en fut l'exemple le plus parfait: sous la pluie, les Néo-Zélandais ont joué simplement, occupant à merveille le terrain au pied. A New Plymouth, ils se sont adaptés en seconde période à la stratégie française et ont décidé de monopoliser le ballon. Encore jeune et inexpérimenté, le XV de France a pris de plein fouet les exigences du haut niveau. "Face à la meilleure équipe du monde, il faut prendre les bonnes décisions, faire les bons gestes dans les moments clés du match et on a tout le temps été à côté de la plaque dans ces moments cruciaux", souligne l'entraîneur des avants, Yannick Bru.

. Toujours pas de charnière stable

Icon Sport

. Des joueurs émoussés

D’un côté, c’était prévisible. Après une saison éreintante, les Bleus ont connu des baisses physiques lors des trois fins de match. Et les All Blacks ont su s’engouffrer dans la brèche pour faire gonfler le tableau d’affichage. Saint-André n’a cessé de pointer du doigt le manque de préparation, disposant de ses joueurs bien moins de temps que les autres nations. "Nos joueurs méritent de courir un 100 m en partant sur la même ligne. Si on nous donnait le temps de travailler avec ce groupe... il y a énormément de potentiel. […] On écoute les donneurs de leçon, on travaille, on sait où l'on va et les joueurs savent au fond d'eux qu'ils ne sont pas très loin". Toutefois, Dusautoir ou Fofana, des cadres incontournables, ont disputé les trois tests dans leur intégralité alors que les jeunes Fickou ou Nakaitaci n’ont pas joué la moindre minute. Peut-être aurait-il fallu leur donner du temps de jeu et les confronter au haut niveau…

. Un bilan 2013 inquiétant

Icon Sport

0
0