Picamoles - France Australie - 10 novembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

Bleus: L'acte fondateur

Bleus: L'acte fondateur

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 11/11/2012 à 15:52 -
Par Rugbyrama - Le 11/11/2012 à 15:52
L'équipe de France a pris le meilleur des départs en battant l'Australie (33-6) pour l'ouverture de sa tournée d'automne. Un match forcément référence pour le jeune groupe de Philippe Saint-André.

Enfin! Le XV de France a, samedi soir, chassé ses vieux démons. Et ce, grâce à sa plus belle performance depuis le début de l'ère Philippe Saint-André, soit décembre 2011. Après un tournoi des six nations en dents de scie, où l'héritage de la Coupe du monde pesait trop lourd, et une tournée de juin en Argentine qui posait les bases du véritable projet du nouveau sélectionneur, les Bleus tiennent leur match référence. Étincelant au Stade de France, l'ouvreur Frédéric Michalak appréciait la manière: "On n'a pas craqué. on n'a pas pris d'essai. C'est bien, c'est le signe des grandes équipes, qui ont une bonne défense et qui ne se font pas transpercer. On a eu chaud quelquefois, ils ont failli marquer, mais on s'est accroché jusqu'au bout. C'est un état d'esprit qu'il faut garder pour la suite". Saint-André l'avait annoncé, il comptait s'appuyer sur la colonne vertébrale (8, 9, 10, 15) qui s'était largement imposée à Tucuman lors du second test l'été dernier. Picamoles, Machenaud, Michalak et Dulin ont tous répondu présents, s'affirmant au fil des minutes.

L'affront est lavé

Et en voyant Pascal Papé lever bien haut les bras au ciel au coup de sifflet final, l'on comprenait bien que cette victoire représente bien plus qu'un anodin succès de novembre. Après la rencontre, le sélectionneur l'a bien fait comprendre à sa troupe: "J'ai dit aux joueurs d'en profiter. Battre une nation de l'hémisphère Sud n'arrive pas souvent. Leur mettre trente points est encore plus rare", n'oubliant pas que son prédécesseur, Marc Lièvremont, avait échoué à cinq reprises face à ces mêmes Australiens. Les résultats des autres rencontres internationales du week-end venant confirmer ses propos (l'Afrique du Sud et l'Argentine qui s'imposent en Irlande et au pays de Galles).

Un résultat d'autant plus probant qu'il efface donc des tablettes sept ans de disette contre les Wallabies, l'humiliation d'il y a deux ans (16-59) et voilà la plus large victoire des Bleus sur l'Australie (34-6 en 1976) presque égalée. L'heure est donc à la satisfaction générale sans oublier que l'histoire du rugby français est faite d'exploits colossaux malheureusement souvent sans lendemain...Les plus pointilleux relativiseront même ce large succès, au vu des nombreuses absences du camp adverse (Alexander, Horwill, Pocock, Genia, Cooper, O'Connor) mais les vingt-trois Australiens présents à Paris étaient bien ceux qui s'étaient imposés en Argentine avant d'arracher le match nul face à la Nouvelle-Zélande.