Vincent Debaty - Equipe de France - 8 novembre 2012 - Icon Sport
 
Article
commentaires
XV de France

Bleus: Debaty (presque) à domicile

Bleus: Debaty (presque) à domicile

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 16/11/2012 à 16:28 -
Par Rugbyrama - Le 16/11/2012 à 16:28
En choisissant de disputer le deuxième test-match face à l'Argentine à Lille, la FFR a fait un heureux parmi les joueurs du XV de France. Le pilier Vincent Debaty, né en Belgique, pourra compter sur sa famille et ses amis pour le soutenir.

Un minibus, voilà ce que Vincent Debaty aurait dû louer pour véhiculer famille et amis qui effectueront le court trajet entre la région de Bruxelles d'où il est originaire et Lille où se dispute la rencontre du XV de France samedi soir. "Ils seront une vingtaine à venir me voir jouer, explique-t-il. Il y aura mes parents, de la famille, quelques amis et même Freddy mon premier entraîneur". Et pour cause... Vincent Debaty sera samedi soir quasiment à la maison. Le pilier de l'ASMCA est né en Belgique. Et forcément, jouer à Lille, le ravi. "C'est sûr que c'est bien. Ça fait voir le rugby dans le Nord alors que le Nord est plus foot et compagnie. Pour la promotion du rugby, il n'y a pas mieux. Après, à nous de faire un gros match".

Pour celui qui évolue à Clermont depuis 2008, après être passé par La Rochelle, Perpignan et Agen, ce match aura donc un parfum particulier. Né à Woluwe-Saint-Lambert à côté de Bruxelles, la découverte du rugby s'est faites sur le tard. "J'ai commencé à l'âge de 15 ans au Royal Kituro Rugby Club, raconte-t-il. Avant cela, je n'avais jamais fait de sport". Et sans doute n'imaginait-il pas un jour fêter sa dixième sélection sous le maillot de l'équipe de France. "Être en équipe de France, c'est déjà une bonne publicité pour la Belgique. Ça montre aux jeunes Belges que s'ils veulent avancer dans ce chemin-là, on peut y arriver. D'ailleurs, il y a pas mal de joueurs de rugby belges, de gens qui font du rugby en Belgique qui vont venir voir ce match. Et si cela peut créer quelques vocations, tant mieux".

Sa course aux billets

Pour cette rencontre, Vincent Debaty a donc été contraint de se démener en coulisses pour dénicher un nombre de billets suffisamment grand pour alimenter toute sa famille et ses amis. "J'ai réussi à trouver assez de places pour tout le monde, mais ça n'a pas été facile". Pour cela, il a quémandé auprès de ses partenaires. Une place ici, deux autres là. Nicolas Mas, dont la famille ne fera pas le déplacement depuis Perpignan, lui a gentiment cédé deux de ses billets. Sans doute au nom de la confrérie des piliers. Debaty a donc relevé le premier challenge de la semaine. Le second, il se déroulera samedi soir face à la mêlée argentine. "Les Argentins ont une culture de la mêlée très forte, souligne-t-il. Ce ne sera pas facile". Mais il se tiendra prêt à entrer à tout moment de la rencontre.