Wenceslas Lauret - argentine france - juin 2012 - Icon Sport
 
XV de France

Lauret, le début d'une longue aventure ?

Lauret, le début d'une longue aventure ?

Par Rugbyrama
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 25/10/2012 à 17:05 -
Par Rugbyrama - Le 25/10/2012 à 17:05
Le troisième ligne biarrot, Wenceslas Lauret, seul joueur du BOPB appelé par Philippe Saint-André, compte bien s'installer en équipe de France.
 

Après le déplacement de Biarritz à Grenoble jeudi prochain, le 1er novembre, le flanker du BOPB, Wenceslas Lauret, rejoindra ll'équipe de France. Et chose rare dans l'histoire récente du XV tricolore, il sera le seul Biarrot à prendre part à l'aventure qui amènera les Bleus à croiser le fer avec l'Australie, l'Argentine et les Samoa tout au long de cette tournée automnale.

Avec les blessures de Dimitri Yachvili (67 sélections), qui devrait effectuer son retour en Top 14 dans le courant du mois de novembre, et d'Imanol Harinordoquy (82 capes), le natif de Tarbes sera en effet l'unique représentant du club de Serge Blanco. Quand d'autres formations du championnat se rendront à Marcoussis en cortège groupé: Toulouse (8 joueurs), Clermont (6), Toulon (5), Racing-Métro (4)...

Wenceslas Lauret, heureux de sa convocation, explique celle-ci: "C'est une confirmation, je pense, de mon début de saison avec le BOPB. En plus, je n'ai pas connu de blessures et j'ai enfin réussi à effectuer une préparation physique en intégralité. Il n'y a pas de secrets".

Titulaire en novembre?

"Wen" est donc sûr de sa force. Il pourrait même profiter de la blessure de l'habituel titulaire du poste et capitaine, Thierry Dusautoir, pour se faire une place parmi le XV de départ du nouveau sélectionneur...Tout en ayant une pensée pour certains de ses coéquipiers, qui pouvaient peut-être eux aussi espérer répondre aux critères de Philippe Saint-André, de son staff et du comité de sélection (Lakafia voire Barraque ou Synaeghel): "J'ai vu de la déception dans certains regards autour de moi". Sans non plus oublier ceux qui ont probablement dit au revoir à jamais à l'équipe nationale (Thion, Traille).

Dans son discours, le troisième ligne basque, déjà appelé en juin 2010 par l'ancien patron des Bleus, Marc Lièvremont, pour affronter l'Afrique du Sud, puis l'été dernier pour la tournée en Argentine, se prend au jeu: "On a de grosses échéances devant nous. D'abord les Six Nations, et puis dans trois ans la Coupe du monde". Avant d'avouer, ambitieux: "J'espère que ce n'est qu'un début".

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×