Icon Sport

Robins Tchale-Watchou (MHR) : "On a appris qu’on était virés pendant le barbecue de fin de saison"

Tchale-Watchou : "On a appris qu’on était virés pendant le barbecue de fin de saison"

Le 22/05/2017 à 19:13Mis à jour Le 24/05/2017 à 10:07

TRANSFERT - La mise à l’écart brutale de six joueurs sous contrat à Montpellier provoque une vague d’indignation dans le monde du rugby. Robins Tchale-Watchou, qui fait partie des écartés, nous a livré sa réaction, entre colère et indignation.

Quelle est votre premier sentiment après la mise à l’écart de six joueurs sous contrat du MHR, dont vous ?

Robins TCHALE-WATCHOU : C’est vraiment génial d’apprendre ça quand vous êtes en train de manger ! On a appris qu’on était virés pendant le barbecue de fin de saison. Il faut quand même m’expliquer. Parce que pour Akapusi Qera, Antoine Battut ou moi, on va dire : "Ce sont des vieux cons", mais pour des jeunes joueurs comme Marvin O’Connor ou même Joffrey Michel, qui ont joué et tout donné, qui sont revenus de blessures, qui se sont battus pour le club…(il soupire) C’est juste incroyable.

" Quelle explication logique et cohérente peut-on vous livrer quand vous apprenez, pendant que vous faites des grillades au club, que vous êtes viré ? "

Avez-vous demandé une explication à Mohed Altrad ?

R.T-W : Mais qu’est-ce qu’on peut vous dire dans ces cas-là ? Quelle explication logique et cohérente peut-on vous livrer quand vous apprenez, pendant que vous faites des grillades au club, que vous êtes viré ? Qera s’apprêtait à acheter son billet d’avion pour partir en vacances aux Fidji ! Les mecs se disent "Ce n’est pas possible, je n’ai pas pu donner autant à ce club pour ça !".

Le deuxième ligne de Montpellier et Président de Provale, Robins Tchale-Watchou

Le deuxième ligne de Montpellier et Président de Provale, Robins Tchale-WatchouIcon Sport

Cette annonce intervient le même jour qu’une interview fracassante de Charles Géli dans Midi Olympique. Quelle est l’ambiance au sein du MHR ?

R.T-W. : On va dire que c’est l’ambiance de Montpellier, c’est comme ça… Je pense souvent aux groupes de copains que j’ai connus ailleurs et je me dis que c’est un autre rugby, que c’est comme ça et qu’il faut faire avec.

" Je suis plus dégoûté qu’autre chose"

Le président de Provale que vous êtes souhaite-t-il contre-attaquer ?

R.T-W : Déjà, j’ai réuni tous les joueurs concernés chez moi. Le premier soutien que je peux leur apporter est un soutien moral. Je suis aussi heureux de recevoir des messages de copains qui font du bien. Dans une situation comme celle-là, vous ne pensez même pas aux Prud’hommes. S’il y a avait eu un contentieux ou un désaccord avec l’employeur, ça aurait été le cas. Mais là on se dit juste : "C’est quoi le délire ?". On ne comprend pas. Donc on va prendre du recul sur les choses et on discutera avec les joueurs de ce qu’il est possible de faire.

Sur un plan personnel, cela sonne-t-il la fin de votre carrière ?

R.T-W : Il faut savoir que je suis en arrêt maladie suite à des commotions à répétition. Et c’est dans ces conditions que j’apprends que je suis viré. Je ne sais pas encore quel sera mon état de santé demain ni quand je pourrai rejouer. Apprendre ça dans ces moments-là, c’est juste fabuleux… Tout va bien ! Sincèrement, je suis plus dégoûté qu’autre chose. Je vais d’abord penser à ma santé et à bien me soigner.

0
0