Icon Sport

TOP 14 - "Le Bus" Nicolas Mas est désormais au garage

"Le Bus" Mas est désormais au garage

Le 13/07/2017 à 12:07

TOP 14 - Retraité depuis un an, Nicolas Mas a totalement coupé avec le rugby. Et c'est bien loin du monde ovale qu'il s'est reconverti. À 37 ans, l'ancien pilier est désormais diplômé en mécanique et s'adonne à son autre passion : les voitures de collection.

Eurosport Player : Votre journal 100% numérique

Voir sur Eurosport

Il avait quitté les terrains du Top 14, tout en puissance, déposant toute la défense du Racing 92 pour aller inscrire son 6e et dernier essai en professionnel. Le 5 mai 2016, c’est une page de l’histoire du rugby français et du XV de France qui s’est refermée, avec la fin de carrière de Nicolas Mas. L’emblématique pilier de l’Usap, qui a terminé du côté de Montpellier, a mis fin à 15 ans au plus haut niveau, couronnés par 85 sélections avec le maillot tricolore et un bouclier de Brennus en 2009.

D'une passion à une autre

Depuis, "Le Bus" a tronqué ses crampons pour la clé à molette. Le 5 juillet dernier, Nicolas Mas obtenait son CAP de mécanique. Une formation suivie dès le début de sa retraite sportive : "Dès que j’ai mis un terme à ma carrière, j’ai entamé les démarches auprès du CFA de Perpignan pour passer le diplôme et pouvoir vivre de ma deuxième passion", confie-t-il à nos confères du Midi Olympique. Sa deuxième passion ? Les voitures de collection. Fini donc les séances d’entraînements, direction les bancs de l’école. Malgré ses 37 ans et toute son expérience, l’ancien pilier avoue que "c’était un peu stressant de revenir à l’école."

Nicolas Mas (Montpellier)

Nicolas Mas (Montpellier)Icon Sport

Aujourd’hui, le Catalan s’est parfaitement reconverti et s’épanoui autant qu’avec un ballon ovale entre les mains. "J’ai basculé d’une passion à une autre", assure-t-il. D’ailleurs, Nicolas Mas semble ne pas être mécontent d’avoir arrêté sa carrière, "stupéfait par la violence des chocs." Il l’assure : "Le jeu en lui-même ne me manque pas." Et de poursuivre : "Je ne me retrouvais plus trop dans ce rugby." Alors, pour l’heure, même la question de devenir entraîneur n’est pas à l’ordre du jour. La seule éventualité : "Peut-être que je m’occuperai des jeunes." Car la priorité du "Bus" est bel et bien de continuer à mettre les mains dans le cambouis : "J’ouvrirais peut-être mon établissement."

0
0