Getty Images

TOP 14 - L’antisèche : Montpellier est passé en force

L’antisèche : Montpellier est passé en force

Le 17/09/2017 à 19:29Mis à jour Le 17/09/2017 à 20:31

Le MHR a offert une nouvelle démonstration de force en battant Toulon avec le bonus offensif (45-20). Le RCT a fini par craquer dans ce bras de fer face aux très puissants héraultais.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Le jeu : Surpuissant MHR

Si Vern Cotter a succédé à Jake White, le sorcier néo-zélandais n’en a pas abandonné pour autant les recettes qui ont fait le succès du MHR ces dernières saisons. Il faut dire qu’avec les Willemse, Du Plessis, Picamoles, Steyn, Nagusa et autres Nadolo, les Montpelliérains ont de la puissance à revendre. Et Cotter serait bien bête de s’en priver.

Globalement dominateur sur les impacts (à l’image d’un Nonu sévèrement secoué à l’heure de jeu) et en mêlée fermée (au point de voir van der Merwe remplacer Chilachava dès la première mi-temps), le MHR s’est appuyé sur sa puissance brute pour battre la défense varoise, sur l’essai de Nadolo comme sur celui de Willemse, orné d’une belle course rentrante de Picamoles. De même, sur l’essai de pénalité accordé à Montpellier pour un plaquage haut de Chris Ashton sur Immelman, c’est un rush plein axe de Nagusa qui fit la différence au départ de l’action face à des Toulonnais déjà réduits à quatorze après un carton jaune infligé à Gorgodze, déjà pour plaquage dangereux.

La mêlée montpelliéraine contre Toulon

La mêlée montpelliéraine contre ToulonGetty Images

Encore un signe, parmi d’autres, de la supériorité des Héraultais dans la dimension physique, matérialisée par les dernières réalisations de Tomane puis Steyn après de longues séquences de pilonnage bonifiées par de belles inspirations de la charnière Pienaar-Cruden, synonymes d’un bonus offensif inespéré.

L’action : Cruden, en première main

Dans un match marqué par un affrontement physique aux limites du brutal, il y eut tout de même la place pour un peu de finesse. L’essai d’Aaron Cruden, inscrit en première main après une touche, en fut d’ailleurs l’illustration. À noter, sur le coup, le superbe travail de préparation de Yacouba Camara qui sut mettre son partenaire dans le bon intervalle.

Aaron Cruden (Montpelier) face à Agen - 26 août 2017

Aaron Cruden (Montpelier) face à Agen - 26 août 2017Icon Sport

Le facteur X : Toulon perdu par ses pieds

Si Ruan Pienaar a laissé quelques points en route face aux poteaux, c’est globalement les Héraultais qui ont connu le plus gros déchet dans le jeu au pied. En première mi-temps, un temps fort toulonnais avait ainsi été annihilé par une diagonale manquée de Trinh-Duc rattrapée trop faciement par Nadolo. Une première alerte qui se poursuivit par un renvoi aux 22 mètres contré de ce même Trinh-Duc par Bismarck Du Plessis, immédiatement suivi d’un petit coup de pied de Nonu, immédiatement sanctionné par l’essai de Nadolo. Un point faible qui s’est d’ailleurs confirmé en deuxième période, avec une sortie de camp manquée par Belleau qui déboucha, sur la contre-attaque, sur l’essai de pénalité accordé au MHR.

La question : L’essai d’Ashton était-il valable ?

On jouait la 62e minute lorsque Chris Ashton, en bout de ligne, inscrivit en bord de touche un essai en touchant le poteau de coin ? Valable ? Bien sûr, le corner étant depuis quelques saisons considéré comme "neutre". Reste que sur le temps de jeu précédent, une passe au milieu du terrain pouvait sembler en-avant. M.Raynal et ses assesseurs en décidèrent autrement, et c’est bien sûr tant mieux pour le spectacle. N’empêche que le doute subsiste…

La décla : Fabien Galthié (manager du RCT)

" Montpellier était une équipe costaude, qui a globalement maîtrisé son rugby. Nous, on a des points à améliorer, et notamment le fait qu'on perde trop facilement le contrôle de notre rugby"

Le sondage :

L’essai de pénalité du MHR vous paraît-il justifié ?

Sondage
2231 vote(s)
OUI
NON
0
0