Getty Images

TOP 14 - La Rochelle, Iribaren, les buteurs castrais... Nos tops et flops de la 3e journée

La Rochelle, Iribaren, les buteurs castrais... Nos tops et flops de la 3e journée
Par Rugbyrama

Le 11/09/2017 à 17:15Mis à jour Le 11/09/2017 à 18:14

Top 14 - La Rochelle en feu contre le champion, Teddy Iribaren qui se rappelle au bon souvenir de ses anciens coéquipiers, la faillite des buteurs castrais, c'est à retrouver dans nos tops et flops de cette troisième journée.

Eurosport Player : Votre journal 100% numérique

Voir sur Eurosport

Les tops

  • La Rochelle donne la leçon

Face au champion de France, La Rochelle s'est rattrapé de sa défaite face au Stade français (35-24). Et de quelle manière ! Dans le sillage d'une ligne arrière de gala, et d'un pack dans l'avancée permanente, les joueurs de Patrice Collazo ont passé à la moulinette les Clermontois qu'ils craignaient avant le début de la rencontre. En misant tout sur l'attaque, les Jaune et Noir ont livré une prestation des plus solides et des plus séduisantes. On en redemande !

  • Montpellier, tout en pragmatisme

Pour leur première sortie hors de leurs bases, les Héraultais se voyaient offrir un copieux plat de résistance avec un déplacement des plus périlleux à Castres. Et le test a été passé avec succès à la faveur d'un match parfaitement géré. Une victoire (17-22) acquise sans grande folie ni grand génie mais grâce aux dix-sept points de Ruan Pienaar, auteur d'un 100 % face aux perches au contraire de ses adversaires tarnais. Sur une pelouse où il n'est jamais facile de s'imposer, les hommes de Vern Cotter envoient déjà un signal fort à la concurrence. Montpellier tient les rênes et n'entend pas les lâcher.

Ruan Pienaar, demi de mêlée de Montpellier

Ruan Pienaar, demi de mêlée de MontpellierIcon Sport

  • Le Racing et Iribaren au rendez-vous

"Teddy a été notre bourreau". Le manager de Brive Nicolas Godignon a salué la performance de son ancien demi de mêlée, très important dans la victoire des Franciliens sur la pelouse du CAB. Iribaren a notamment amené le deuxième essai du Racing dès l'entame de la seconde période par une interception de filou et un coup de pied à suivre. Chavancy n'avait plus qu'à aplatir et le Racing prendre le large avant de planter en fin de match une troisième banderille, celle du bonus offensif et de la très bonne affaire.

Les flops

  • Clermont, un champion malmené

Rarement Clermont n'avait reçu pareille correction. Il fallait remonter au 4 octobre 2014 pour voir les Auvergnats prendre plus de cinquante points en championnat, du côté de Bordeaux (51-21). Sur la pelouse de Marcel-Deflandre, c'est peu dire que le champion de France a été bousculé. Dominés par l'envie débordante des Rochelais dans de nombreux secteurs de jeu, les Clermontois ont encaissé six essais. De quoi provoquer la colère noire de Franck Azéma et soulever des questions. Le titre a t-il été bien digéré du côté de la place de Jaude ?

Eight Zeno Kieft et Damian Penaud

Eight Zeno Kieft et Damian PenaudGetty Images

  • Brive n'a toujours pas décollé

Les Brivistes réalisent un début de saison des plus difficiles. Leur nouvel écueil à domicile contre le Racing 92 (6-25) après la première défaite contre La Rochelle (10-19), une nouvelle fois sans bonus défensif, les laisse à la quatorzième place du classement avec un zéro pointé au niveau comptable. Surtout, sur leurs trois premières rencontres, les Corréziens ont révélé de gros manquements dans le secteur offensif (trente points marqués en trois rencontres) et une difficulté en conquête (touche notamment) inconnue jusque-là. Il va falloir corriger le tir car se profile ce samedi une rencontre explosive face au meilleur ennemi clermontois à Marcel-Michelin. Malheur au vaincu.

  • Castres, une défaillance au pied qui coûte cher

Si Castres a perdu contre Montpellier, le CO le doit à sa performance collective, au pragmatisme héraultais déjà évoqué mais aussi à son manque de réussite au pied. Avec moins de 50% de coups de pieds réussis depuis le début de saison, les artilleurs tarnais sont à la peine. Samedi, sous les trombes d'eau qui s'abattaient sur le stade Pierre-Fabre, Rory Kockott et Benjamin Urdapilleta ont laissé échapper onze points. Trop pour espérer accrocher le MHR.

Rory Kockott face à Montpellier

Rory Kockott face à MontpellierIcon Sport

Par Enzo DIAZ

0
0