Icon Sport

TOP 14 - Julien Dupuy (Stade français) : "Pour l’instant, j’essaie de ne pas aboyer"

Dupuy : "Pour l’instant, j’essaie de ne pas aboyer"

Le 13/07/2017 à 17:12Mis à jour Le 13/07/2017 à 17:13

TOP 14 - Après huit saisons passées sous les couleurs du Stade français (2009-2017), Julien Dupuy est désormais en charge des arrières parisiens. Joueur à fort tempérament, l’ancien demi de mêlée international (8 sélections) affiche une grande sérénité pour insuffler de la confiance à un groupe remanié.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

En léger retrait sur le terrain d’entraînement du domaine de la Faisanderie, en plein cœur du Parc de Saint-Cloud, Julien Dupuy observe les séquences de jeu. L’ancien demi de mêlée du Stade français (2009-2017) intervient avec parcimonie. On est loin de l’image du joueur bouillant derrière ses avants. "Ah ça, il est moins chiant que quand il était joueur", plaisante le trois-quarts aile Julien Arias.

Nouvel entraîneur des arrières parisiens, Julien Dupuy est volontairement sur la réserve après avoir vécu tant d’émotions ces dernières saisons. "Il y a trois mois, on allait boire des coups ensemble. Maintenant, je mets un peu de distance", confie-t-il. "Déjà par respect pour Olivier (Azam, ndlr) qui vient d’arriver. Et puis, ce n’est plus mon rôle."

Julien Dupuy (Stade français)

Julien Dupuy (Stade français) Icon Sport

" Je préfère laisser les joueurs prendre leurs décisions"

Avec la retraite de Julien Dupuy et le départ de Will Genia, le Stade français s’appuiera désormais à la mêlée sur Charl McLeod, Clément Daguin et surtout Terry Bouhraoua. "J’ai une chance énorme d’avoir Julien pour m’épauler", insiste l’ancien joueur de l’équipe de France à 7. "On échange beaucoup. C’est quelqu’un de simple et ouvert. C’est super important pour le relationnel. Quand on parle de technique du poste, on a des réponses de qualité, claires et simples. Je l’ai admiré en tant que supporter. J’ai commencé à l’époque avec Fabien Galthié et je reviens à 15 avec Julien Dupuy. Je suis un privilégié".

Souvent décisif et déterminant dans les moments clés d’une rencontre, leader naturel, le désormais nouveau coach des arrières du Stade français ne s'avance surtout pas en donneur de leçons. "Quand j’étais joueur, je n’aimais pas trop qu’on me dise ‘faut jouer comme ça", raconte-t-il. "Je préfère laisser les joueurs prendre leurs décisions. C’est en se trompant et en les corrigeant qu’ils vont progresser."

Alors bien sûr, ce jeudi, tous les observateurs présents au bord du terrain attendaient un petit coup de gueule de l’ancien Biarrot à la sauce Patrice Lagisquet. "Le coup de gueule attendra. Pour l’instant, j’essaie de ne pas aboyer", s’amuse-t-il. "Je sais que ça va arriver très vite pour leur mettre un coup de klaxon. Ça, je saurai faire, il n’y a pas de problème (rires)." Mais nul doute que Julien Dupuy fera surtout briller le Stade français par sa science du jeu.

0
0