Icon Sport

TOP 14 - Brice Dulin : "Mon gros chantier ? Faire vivre le ballon par la passe"

Dulin : "Mon gros chantier ? Faire vivre le ballon par la passe"

Le 08/08/2017 à 09:14Mis à jour Le 08/08/2017 à 10:03

TOP 14 - Absent du XV de France pendant un an après la dernière Coupe du monde, Brice Dulin s'est, à nouveau, fait une place chez les Bleus. Souvent décrié pour son jeu, le joueur de 27 ans entend les critiques. Et même s'il affirme vouloir rester lui-même, l'arrière du Racing 92 ne ménage pas ses efforts pour combler ses lacunes.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

L’équipe de France et Brice Dulin, c’est une histoire un peu compliquée. Du moins, elle s’est tendue lors de la dernière Coupe du monde en Angleterre. En cause : le replacement à l’aile de l’arrière de formation par le sélectionneur d’alors, Philippe Saint-André. Un choix critiqué par le principal intéressé, pestant que "les automatismes ne sont pas les mêmes. Je n’ai pas la facilité sur le placement et le petit temps d’avance que j’ai à l’arrière." Au total, le natif d’Agen aura été titulaire à quatre reprises avec le numéro 11 dans le dos, dont lors de la débâcle en quart de finale contre la Nouvelle-Zélande (62-13).

Une mise à l'écart prise avec philosohpie

Un dernier match avec le maillot frappé du Coq que le joueur du Racing 92 renfilera finalement un an après, contre ces mêmes All Blacks. Entre temps, pas de tournoi des 6 Nations, pas de tournée en Argentine. Le nouveau sélectionneur, Guy Novès, semble ne pas compter sur l’arrière de 27 ans. Alors, au moment de son retour avec les Bleus, Brice Dulin a discuté avec le staff du XV de France, "notamment sur mon absence du groupe France les mois précédents, et nous sommes partis sur de bonnes bases", comme il le confie à Midi Olympique. Le tout avec une certitude : "Il n’y avait pas de non-dit."

Brice Dulin (XV de France)

Brice Dulin (XV de France)AFP

Malgré 13 mois d’absence au niveau international, Brice Dulin assure qu’il ne se "posai[t] pas de questions." L’arrière a pris sa mise à l’écart avec philosophie et surtout, de manière rationnelle : "Si je n’en faisais pas partie (du groupe France, ndlr), c’est que je n’étais sûrement pas assez bon et si j’y suis revenu, c’est parce que mon niveau sur le terrain a été suffisant pour être rappelé."

" Je ne cherche plus à plaire à tout le monde"

De quoi ouvrir le débat sur son style de jeu, souvent pointé du doigt. Mais qu’importe les critiques, Brice Dulin ne se cache pas de jouer "de la manière dont je sais jouer, j’essaie de faire évoluer mon jeu et j’écoute parfois ce qu’on me dit." Un message clair qu’il parvient à faire entendre grâce à un caractère que "je ne vais pas renier". Deux points « noirs » sont souvent mis en avant : celui de trop porter le ballon et celui de ne pas assez faire jouer derrière lui. Et au-delà de son tempérament, le Francilien parvient à améliorer ses faiblesses. Des efforts qui "ont sûrement été remarqués."

"À l'entrainement, je me force à passer le ballon"

Même s’il assume qu’il "ne cherche plus à plaire à tout le monde", l’international français reconnaît que "j’ai encore des lacunes au niveau de mon jeu au pied par exemple, qui doit être plus régulier et avoir plus d’impact dans le jeu courant." Et de pointer du doigt un autre défaut qui lui est reproché : "Je dois toujours être capable de faire des différences tout en continuant à le faire vivre en suivant, par la passe ou en servant de relais pour amener une plus-value plus tard dans l’action. C’est mon gros chantier."

Pour pallier ces manques, la répétition de certains gestes devient obligatoire au quotidien : "À l’entrainement par exemple, je me force à passer le ballon même si je vois des espaces, afin de m’habituer à faire ce genre de choix et qu’ils deviennent naturels." Malgré son fort caractère, Brice Dulin ne rechigne pas à progresser. Il en va de son avenir avec l’équipe de France.

Brice Dulin (Racing 92) face à Toulouse - 4 septembre 2016

Brice Dulin (Racing 92) face à Toulouse - 4 septembre 2016Icon Sport

0
0